éditorial

L'édito de Christophe Bordet

Christophe Bordet ©Anthony Ghnassia
Société

La Ville de Paris botte en touche pour un monument en hommage aux animaux de 1914-1918

Les chiens, comme d'autres animaux, ont joué un rôle crucial dans la guerre de 1914-1918
Les chiens, comme d'autres animaux, ont joué un rôle crucial dans la guerre de 1914-1918 ©ERIC NOTARIANNI - AFP

Si le rôle de nombreux animaux pendant la guerre de 1914-1918 est unanimement reconnu, le Conseil de Paris renvoie la balle à l’État pour la construction d’un monument en leur hommage.

C'était une demande des associations qui défendent les animaux, mais la mairie de Paris dit niet, renvoyant la responsabilité d'un tel monument à l'État. Les associations le regrettent, d'autant qu'elles estiment que ce serait une bonne idée pour apprendre la Grande Guerre de 1914-1918 aux plus jeunes. Les intéresser en passant par les animaux, ce n'est pas si bête que ça : rendre hommage aux 11 millions d'animaux utilisés et tués pendant la Première Guerre mondiale et reconnaître leur rôle majeur dans ce conflit, que ce soit les chevaux, les pigeons voyageurs ou bien encore des chiens ou des mulets. 

Ces animaux ont été utilisés pour porter, guetter, secourir ou informer les soldats français. Les historiens s’accordent à dire qu’ils ont joué un rôle majeur aux côtés des Poilus. Les ânes, avec leur petite taille, portaient dans les tranchées munitions, courriers et vivres. Les chevaux et mulets tractaient et transportaient artillerie lourde et obus sur le front. En France, un quart des chevaux ont été réquisitionnés pour les besoins de la guerre… Les chiens messagers et ambulanciers portaient secours aux soldats blessés, et les pigeons voyageurs portaient des messages urgents et secrets.

La Ville de Paris refuse un monument pour ces animaux, heureusement la mairie du 14ème, elle, a inauguré une plaque du souvenir. Un exemple à suivre partout en France. 

Réécoutez en podcast l’édito de Christophe Bordet dans le Grand Matin Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio