single.php

Loi immigration : "Il n'y a aucune raison de dissoudre l’Assemblée nationale" affirme Aurore Bergé

Par Aurélie Giraud

Aurore Bergé, ministre des Solidarités et des familles, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Aurore Bergé loi immigration
Aurore Bergé, interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 13 décembre, dans “L’invité politique”.

Projet de loi immigration, dissolution de l'Assemblée nationale, mesures contre les parents défaillants, places en crèches pour les indépendants : Aurore Bergé a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

"Il n'y a aucune raison de dissoudre l’Assemblée nationale"

Après le rejet du projet de loi immigration par l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron a réuni les ténors de la majorité mardi 12 décembre. Pour Aurore Bergé, "il n'y a aucune raison aujourd'hui de dissoudre l'Assemblée nationale. Il n'y a pas de majorité alternative qui existe. La seule majorité alternative c'est une addition qui fait qu'il faut que toutes les oppositions s'allient. Mais est-ce que ça veut dire qu'elles ont tous le même projet à porter ? Je crois pas" affirme la ministre. "La seule majorité cohérente qui existe, c'est la majorité présidentielle".

Le projet de loi immigration devrait passer lundi 18 décembre en Commission mixte paritaire pour tenter de trouver "un compromis entre la majorité et les oppositions". Le vote devrait avoir lieu mardi 19 décembre. Le texte risque d'être durci. Aurore Bergé rappelle que "la Commission mixte paritaire est une pratique habituelle". "La question c'est, est-ce que oui ou non il y aura un compromis ? Et si oui, quel compromis ? Un compromis veut dire que chacun est prêt à faire un pas vers l'autre". La ministre évacue l'idée d'un 49-3. "S'il n'y a pas de compromis, le parcours du projet de loi s'arrêtera là".

"C’est le juge qui déterminera si le parent est défaillant ou pas"

Pour répondre aux émeutes de juin dernier, Aurore Bergé a fait plusieurs propositions pour mieux gérer la parentalité. "On ne parle des parents qu'en période de crise et c'est un problème" affirme la ministre des Solidarités et des familles. Elle souhaite "remettre les parents au coeur du jeu, de nos politiques". Parmi les propositions mises sur la table, des travaux d'intérêt général pour les parents défaillants. Mais comment estimer qu'un parent est défaillant ? "Pendant les émeutes, parfois des parents ont encouragé leurs enfants à piller les commerces" souligne la ministre. Tandis que "d’autres venaient récupérer leurs enfants au milieu de la nuit".

"Ce sera à la libre appréciation du juge" de déterminer si un parent est défaillant ou pas explique Aurore Bergé. Elle souligne "qu'il n'y a pas dans une démocratie de peine automatique". "Lorsque le juge aura l'enfant délinquant devant lui, il va pouvoir déterminer si le parent de cet enfant est défaillant ou pas". "On travaille avec le garde des Sceaux, sous l'autorité de la Première ministre, sur un panel de peines éventuelles qui puissent être prononcées". "Est-ce que c'est seulement l'adolescent qui doit être sanctionné ? Ou est-ce que le parent peut être également sanctionné dans les cas extrêmes ?" interroge la ministre.

Quotas de places en crèches pour les indépendants : "On y travaille !"

La ministre en charge des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme Olivia Grégoire a évoqué sur Sud Radio la mise en place de quotas de places en crèches pour les enfants des travailleurs indépendants non salariés. Y aura-t-il effectivement des quotas ? "On travaille sur ce sujet avec Olivia Grégoire" assure Aurore Bergé. "On va réunir l'ensemble des fédérations et des groupes de crèches pour voir comment faire. Que ce soit pour des agriculteurs, des indépendants, des professions libérales, comment garantir que ces personnes aient aussi accès à un mode de garde".

Sur le congé maternité des indépendantes, "c'est fait et on l'a renforcé parce que ça n'était pas le cas avant sur les professions libérales" souligne Aurore Bergé. "On va aller plus loin avec le congé familial" ajoute la ministre. "L'idée étant que dès 2025, il y a un nouveau congé, un nouveau droit pour les parents après les congés paternité et maternité".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
06H
23H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/