"Imposture" et "démagogie", Pierre Laurent évoque le "danger" Marine Le Pen

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et sénateur de Paris
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et sénateur de Paris

Invité de Louis Morin dans le Brunch Politique Sud Radio, Pierre Laurent a répété la menace que constitue, selon lui, la présidente du Front national.

"Il y a effectivement un haut niveau du vote Front national." Au micro de Sud Radio, invité du Brunch Politique de Louis Morin, Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, n’a pas caché sa "préoccupation" face au risque que représente, selon lui, une possible victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle.

"45 % des Français ne savent pas pour qui ils vont aller voter, la situation est complètement ouverte et tout est possible", a-t-il expliqué, même une victoire de Marine Le Pen : "C’est pour moi une source de préoccupation parce que la réponse qu’avance Marine Le Pen est dangereuse. On fait comme si le Front national était une possible protection pour les Français, or ceux que Marine Le Pen soutient, Donald Trump, Theresa May, Gert Wilders, n’envisagent pas de protéger notre société, mais marient libéralisme et racisme."

"La démagogie du Front national, c’est de vouloir masquer la réalité de son programme", a ajouté le sénateur de Paris, pour qui "il y a un mensonge dans le discours du Front national" lorsque Marine Le Pen "fait les mêmes propositions de la droite sur les salaires, ce qui abaisse le niveau moyen du pouvoir d’achat". Une "imposture" qu’il entend bien dénoncer, rappelant qu’ils "soutiennent des forces en Grèce d’extrême-droite très violentes" et que "Marine Le Pen vient de se réunir avec des fascistes des Pays-Bas, de l’AFD en Allemagne, du FPO autrichien, de la Ligue du Nord en Italie. Ils essayent de réinstaurer une alliance brune en Europe, l’histoire nous a appris que ce n’était pas un petit danger."

Pierre Laurent a défendu une autre vision de l'Europe que celle prônée par Marine Le Pen : "Il faut sortir des politiques d’austérité en Europe. Il faut que la France dise, en Europe, nous devons mettre fin au traité budgétaire actuel et renégocier un programme de relance sociale en Europe. Face à cette situation, certains veulent faire exploser l’Europe et revenir à la guerre des nationalismes. Il faut reconstruire de la solidarité entre les travailleurs européens ce que nous empêchent de faire les traités actuels. Cette bataille, nous pouvons la gagner."

Le secrétaire national du PCF a également égratigné Emmanuel Macron, qui "propose de prolonger les vieilles recettes qui nous ont conduit dans la situation actuelle". "Il n'y a aucune différence entre le programme économique d'Emmanuel Macron et les injonctions libérales de l'Union européenne, a ajouté Pierre Laurent. C'est parfois même un copié collé caricatural."

Surtout, Emmanuel Macron serait, à l'écouter, le candidat choisi par les "forces libérales" qui chercheraient à maintenir leur mainmise sur les politiques économiques tout en maquillant la politique d'un aspect de renouvellement.

"Les gens pensent qu'il faut renouveler les responsables politiques, et ils ont raison, mais les forces qui dominent s'en sont aussi aperçues, donc elles lancent des hommes neufs, mais qui continueront les mêmes politiques, a dénoncé Pierre Laurent. Emmanuel Macron, ça ressemble beaucoup à ce que faisait Giscard. C'est le même espace politique qu'on essaie d'habiller d'un jour nouveau, mais qui nous conduira dans les mêmes ornières."

Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio