single.php

Royaume-Uni : le niveau d'alerte terroriste abaissé de "critique" à "grave"

Par Benjamin Rieth

La Première ministre britannique Theresa May a baissé samedi le niveau d’alerte terroriste dans le pays de "critique" à "grave" suite aux récents progrès dans l’enquête sur l’attentat de Manchester.

L'attentat de Manchester a fait 22 morts et 116 blessés lundi soir après un concert d'Ariana Grande

Le niveau d’alerte terroriste est passé de "critique" à "grave" samedi sur décision de la Première ministre britannique. Une baisse du niveau d’alerte rendue possible grâce aux progrès dans l’enquête sur l’attentat de Manchester, et notamment les deux nouvelles arrestations tôt dans la matinée de samedi

Soulignant le "nombre important d'opérations de police" ayant eu lieu depuis la veille, et considérant la présence de "11 suspects en garde à vue", Theresa May a indiqué depuis Downing Street que les services secrets britanniques ont rabaissé "le niveau de menace de critique à grave". Cela signifie qu'un attentat est "très probable", mais non plus "imminent". L'alerte avait été portée à son niveau maximum mardi après l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts et 116 blessés lundi soir, à l'issue d'un concert pop de l'américaine Ariana Grande.

Le gouvernement sous les critiques de l'opposition

Theresa May a toutefois appelé les Britanniques à "rester vigilants" à l'entame d'un week-end prolongé. Elle a précisé que l'armée resterait déployée pendant les trois jours à venir au cours duquel auront lieu de nombreux événements sportifs d'importance. Une opération de police était également en cours samedi midi à Manchester dans le quartier sud de Moss Side, où une arrestation avait eu lieu la veille. Un vaste cordon de sécurité a été mis en place, tandis qu'un hélicoptère survolait la zone, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'attentat a mis la sécurité au coeur du débat politique, alors que les ténors ont repris vendredi leur campagne pour les élections législatives anticipées du 8 juin, suspendue après l'attentat. Le gouvernement de Theresa May s'est retrouvé sous le feu des critiques de l'opposition pour avoir taillé dans les effectifs policiers. "Il faut que cela cesse", a pressé le maire travailliste de Manchester Andy Burnham dans le Times, rappelant que 2 000 postes de policiers avaient été supprimés dans sa ville depuis 2010 .

Le chef du parti d'opposition travailliste Jeremy Corbyn a, lui, souligné le lien entre la politique étrangère du Royaume-Uni et les attentats, référence aux engagements militaires en Irak et en Afghanistan, ainsi qu'aux frappes en Syrie, auxquels ce pacifiste s'est toujours opposé, affirmant qu'il changerait cette politique une fois au pouvoir. Theresa May, la cheffe du gouvernement, lui a répondu depuis le sommet du G7 en Sicile en l'accusant de trouver des excuses au terrorisme et le jugeant "pas à la hauteur" pour le poste de Premier ministre.

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
09H
08H
21H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/