single.php

Violences des mineurs : Robert Ménard demande un couvre-feu « partout » en France

Par Jean Baptiste Giraud

"On devrait interdire aux petits d’être tous seuls le soir dans les rues !" selon Robert Ménard, maire de Béziers. Il était “L’invité(e) politique” sur Sud Radio. 

robert ménard, mineurs, violence, couvre-feu
Robert Ménard interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 18 avril 2024, dans “L’invité politique”.

Les 100 jours de Gabriel Attal, la violence des mineurs, le couvre-feu, les élections européennes 2024... Robert Ménard a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

 

Gabriel Attal "a fait des choses plutôt bien"

Gabriel Attal est Premier ministre depuis désormais 100 jours, cap symbolique. Selon un sondage dévoilé réalisé par l’Ifop pour Sud Radio, les Français sont à 49% plutôt contents des actions du locataire de Matignon, contre 51% plutôt mécontents. Robert Ménard, maire de Béziers, de son côté, juge que Gabriel Attal "a fait des choses plutôt bien". "Sur l’agriculture, honnêtement, il ne s’en est pas si mal sorti que ça."

 

 

Selon le maire de Béziers, Gabriel Attal souffre d’avoir "un chef de l’État qui ne laisse pas d’espace pour respirer". "Emmanuel Macron, le premier qui lui fait un peu de l’ombre ça va mal se passer." Néanmoins, il estime que, comme il l’a fait à l’Éducation Nationale, "il faut prendre des mesures et les appliquer"

 

Crise de l'autorité de l'Etat : les jeunes "se contrefoutent de tout le monde"

Le nouveau chantier du Premier ministre est l’affaiblissement de l’autorité de l’État, en particulier chez les plus jeunes au centre de nombreux faits divers parfois graves depuis plusieurs mois. "Ça fait un paquet d’années que c’est une priorité", affirme Robert Ménard. "Ils ne sont pas au pouvoir depuis hier !" Le manque d’autorité est "un problème de tous les jours", explique le maire de Béziers. "Plus personne ne respecte plus personne", notamment car la police ne fait plus peur aux plus jeunes.

Les jeunes "se contrefoutent de tout le monde". "De leurs parents, jusqu’à moi-même quand je les convoque à la mairie pour des rappels à l’ordre." Un maire peut en effet faire un rappel à l’ordre dès lors qu’une action ne relève pas de la justice mais nécessite une remise au point. "Je suis sidéré de l’arrogance des gamins." Et les parents n’aident pas : souvent ils ne disent rien, parfois ils défendent même leurs enfants.

 

Violence des mineurs : "quand vous êtes condamné pour une première condamnation à moins de 6 mois de prison, tu ne vas pas en prison. Pourquoi ?"

Le gouvernement va donc lancer un Grenelle sur les violences des mineurs. Objectif : tenter de trouver les bonnes mesures d’autorité. Mais Robert Ménard a une idée toute simple : "et si on appliquait la loi ?" Cette dernière, assure le maire de Béziers, permet déjà de sanctionner les parents par exemple.

Selon lui, les "grands Grenelles" comme celui annoncé en ce mois d’avril 2024, ne sont autre qu’une "façon de rouler des mécaniques". "C’est tellement moins sexy de dire : on pourrait appliquer la loi..."

 

 

Les mineurs condamnés, doivent-ils aller en prison, même pour des peines légères comme un mois ? Oui, selon Robert Ménard. "Pourquoi pas la prison ?" demande-t-il en rappelant que les moins de 13 ans ne peuvent pas aller en prison de toute manière. "Moi, je vois des gamins de 10, 11, 12 ans qui sont des dangers publics."

En France, "quand vous êtes condamné pour une première condamnation à moins de 6 mois de prison, tu ne vas pas en prison. Pourquoi ?" D’autant plus que d’autres pays européens, comme les Pays-Bas, appliquent bien ce type de peine.

 

Couvre-feu pour les mineurs ? "On devrait interdire aux petits d’être tous seuls le soir dans les rues !"

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mers, est en déplacement en Guadeloupe où les violences et la délinquance des mineurs sont en forte hausse. La question se pose donc d’un couvre-feu pour les mineurs. Et Robert Ménard est totalement pour… notamment car il a tenté de l’instaurer en 2014. "Je prends un arrêté municipal hyper-simple : un gosse de moins de 13 ans ne peut pas être dans la rue tout seul après 23 heures." Un arrêté qui lui a valu d’être poursuivi par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) pour "atteinte de la liberté de se déplacer". Il a même été condamné par le Conseil d’État, rappelle-t-il.

 

 

"On devrait interdire aux petits d’être tous seuls le soir dans les rues !" D’autant plus que, souligne le maire, le couvre-feu était simple à faire respecter : dès qu’un enfant était seul dans la rue, il était emmené au commissariat où devaient venir le chercher ses parents. Robert Ménard estime même que ce couvre-feu doit être instauré "partout"

 

Liste Alliance Rurale : "je pensais qu’on allait parler des choses qui me touchent"

Les élections européennes de juin 2024 approchent avec Jordan Bardella (RN) en haut des intentions de vote. Robert Ménard, lui, avait jeté son dévolu sur la liste Alliance Rurale visant à protéger la ruralité et portée, entre autres, par Willy Schraen et Jean Lassalle. "C’est plein de mes potes", assure le maire de Béziers. "C’est pas que je suis d’accord avec eux, mais je vais voter pour eux" avait-il déclaré sur Sud Radio.

"Ils trouvent le moyen de se disputer, ils se sont séparés, engueulés, traités de tous les noms d’oiseaux les uns les autres", explique le maire, et ce alors que la liste n’est créditée que de moins de 1% des intentions de vote. "Moi, je pensais qu’on allait parler des choses qui me touchent."

 

 

"Eric, pèse tes mots un peu"

Robert Ménard attend donc désormais de voir l’évolution de la chose, mais il assure de nouveau qu’il ne votera ni RN ni Reconquête. Eric Zemmour, qui était présent à une réunion de l’extrême-droite à Bruxelles, réunion qui a failli être annulée, a parlé "du califat qui règne à Bruxelles". Des propos sur lesquels Robert Ménard est très critique : "Eric, pèse tes mots mots un peu, c’est pas le califat".

 


Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/