single.php

Russiagate : "Les eurodéputés RN sont intègres" affirme Jean-Philippe Tanguy

Par Aurélie Giraud

Jean-Philippe Tanguy, député de la Somme et membre du Bureau national du RN, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Jean-Philippe Tanguy était l'invité politique de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio

Russiagate au Parlement européen, soupçons sur des eurodéputés RN, élections européennes : Jean-Philippe Tanguy a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

Russiagate : "Je me porte garant de l'intégrité des eurodéputés RN"

Les services de renseignement tchèques ont révélé qu’un vaste réseau d’influence russe agissait dans l’ombre au sein du Parlement européen. 24 députés européens sont soupçonnés d'avoir été corrompus par la Russie pour diffuser de la propagande russe. Parmi ces députés, trois députés européens RN : Thierry Mariani, Hervé Juvin et Patricia Chagnon. Jean-Philippe Tanguy affirme se porter garant de l'intégrité de ces 3 députés. "Ils ont immédiatement réagi en niant ces accusations et en demandant une enquête au Parlement européen pour que les accusations soient levées le plus tôt possible". "La réalité de l'ingérence est inacceptable, mais le soupçon d'ingérence est aussi un poison pour la démocratie. Ça pourrit les élections".

Jean-Philippe Tanguy rappelle que "Monsieur Juvin a été exclu du groupe RN il y a quelques temps quand il avait été condamné pour violences conjugales". "Au Rassemblement national, ça donne immédiatement lieu à une exclusion" souligne le député. "Il y a des partis politiques où des gens sont condamnés pour violences conjugales, qui font des leçons au monde entier où il n'y a pas vraiment de conséquences". Il fait allusion "à la France Insoumise évidemment, et chez les Verts pour les violences psychologiques". "Quand il y a une condamnation définitive, évidemment nous excluons nos élus".

"Non, nous ne sortirons pas de l’UE"

Les élections européennes se tiendront le 9 juin prochain. Quelle est la position du RN et de la tête de liste Jordan Bardella sur la sortie de l'Union européenne (UE) ? "Non, nous ne sortirons pas de l'UE !" assure Jean-Philippe Tanguy. Il dénonce "la nouvelle attaque de la Macronie qui ne veut pas débattre sur le fond et qui fait peur aux gens". "Avant, ce n'était pas sortir pour sortir. On considérait qu'il n'y avait pas d'espoir de changer l'UE de l'intérieur. Maintenant, on considère qu'il y a de forts espoirs". "On conteste toujours le fondement fédéraliste de l'UE, ses traités. Mais maintenant, on pense qu'il y a suffisamment en Europe de pays européens qui veulent changer pour pouvoir le faire".

Comment changer l'UE de l'intérieur ? "La première chose, la plus importante, c'est déjà l'influence propre de la France" explique Jean-Philippe Tanguy. "Pays fondateur, le deuxième contributeur net de l'UE. On tient le chéquier, donc on a une influence évidemment considérable". "Et le deuxième changement structurel, c'est le nombre de peuples européens qui sont d'accord pour ce changement". "On voit bien qu'il y a une dynamique générale pour ne pas aller vers l'Europe fédéraliste, telle qu'elle a été combattue d'ailleurs par beaucoup de partis en 1992, ou en 2005 par les Français".

Quels traités européens remettre en cause ? "Presque tous !"

Le RN propose la suprématie des lois nationales sur les directives européennes. "Au sein de l'UE, il y a des négociations à faire" précise Jean-Philippe Tanguy. "Sur l'ordre juridique, il faut changer la Constitution française qui prévoit la primauté du droit européen". "Marine Le Pen a été très claire : sur le droit migratoire, il faudra un changement de la Constitution pour rétablir la prédominance du droit national sur le droit européen. Aujourd'hui on ne le propose que sur le droit migratoire. Sur le reste, nous pensons qu'on peut négocier".

Quels traités souhaite remettre en cause le RN ? "Presque tous !" estime Jean-Philippe Tanguy. "Les principaux, dont le Traité sur le fonctionnement de l'UE (TFUE)". "La France ne peut pas changer seule les traités, il faut une majorité d'États. Mais on estime que la France n'est pas un pays comme les autres". Sur le TFUE, "nous voulons supprimer la Commission européenne. Pour revenir à un secrétariat qui n'aurait pas d'initiative, qui ne remplacerait pas les gouvernements". "On voudrait aussi par exemple changer le mandat de la Banque Centrale Européenne, qui aujourd'hui ne s'occupe que de l'inflation. On voudrait rajouter comme c'est le cas aux États-Unis, l'emploi, l'investissement, pour que la Banque Centrale Européenne ne marche pas seulement sur un pied".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
22H
21H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/