single.php

Retraites : "La gauche a industrialisé l'obstruction" dénonce Bruno Retailleau

Par Aurélie Giraud

Bruno Retailleau, sénateur de Vendée et président du groupe LR au Sénat, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Bruno Retailleau retraites
Bruno Retailleau, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 10 mars, dans “L’invité politique”.

Alors que le Sénat continue le débat autour de la réforme des retraites, Bruno Retailleau a répondu aux questions de Patrick Roger.

Retraites : "La gauche a industrialisé l'obstruction"

La gauche au Sénat dénonce une manipulation de la part des LR qui voudraient passer en force. "Tous ceux qui suivent le débat savent de quoi il s'agit !" répond hilare Bruno Retailleau. "Le Sénat a voté l'article 7, qui repousse l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans, et la gauche a tout fait pour bloquer", dénonce le sénateur. "Depuis le départ, il n'y a pratiquement que la gauche qui s'exprime et ils ont industrialisé l'obstruction. Ils produisent en permanence des sous-amendements qui ne veulent souvent rien dire". Pour lui, "ce sont des manoeuvres caractéristiques d'obstruction, qui est la maladie du parlementarisme. On embourbe les débats pour empêcher le vote".

"Depuis le début, une minorité au Sénat veut bloquer la majorité. Une opposition a des droits qu'il faut respecter. Le problème c'est la prise en otage par les techniques d'obstruction d'une minorité sur la majorité". Bruno Retailleau reconnaît que "ça n'a rien à voir avec l'Assemblée nationale heureusement, c'est une obstruction 'civilisée' !". Pour autant, il souligne n'avoir "jamais connu en 20 ans une obstruction à ce niveau là. Il faut faire attention, on ouvre la porte à l'anti-parlementarisme. Les Français risquent de conclure que les parlementaires ne sont pas utiles" avertit le sénateur.

 

"Élisabeth Borne aura un choix cornélien : la roulette russe ou la grosse Bertha !"

"On a ralenti hier à cause de ce blocage de la gauche mais on va avancer. Je souhaite qu'on aille au bout et je pense que c'est possible" estime-t-il toutefois. "C'est important car on a des propositions à faire nous LR au Sénat. Il faut absolument qu'on puisse voir l'ensemble de l'armature de la réforme". "On essaie de faire une réforme qui est essentielle. Si on ne fait rien, notre système de retraite explose" alerte-t-il. "Ce sera le chacun pour soi et ce seront les plus modestes qui vont trinquer. Les retraités qui perdront leur pouvoir d'achat et les jeunes qui paieront deux fois : pour nous et pour eux-mêmes". "J'accuse ceux qui ne veulent rien faire de vouloir conduire la France, les retraités, dans le mur".

Après le vote du Sénat, le texte repartira en Commission Mixte Paritaire. "On pourra aboutir si la majorité présidentielle se montre ouverte à nos propositions" affirme Bruno Retailleau. "Il y a ensuite le problème de l'Assemblée nationale. Madame Borne aura un choix cornélien : la roulette russe ou la grosse Bertha. Essayer de compter sur un peu plus que le hasard pour avoir une majorité, sinon c'est le 49-3". L'avenir d'Emmanuel Macron est-il entre les mains des LR ? "Ma boussole au Sénat, dans notre opposition d'intérêt général, est de sauver ce régime de retraites par répartition. De quoi aurions-nous l'air si nous ne votions pas une réforme à 64 ans alors que nous prônons depuis des années 65 ans ?"

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
13H
12H
11H
10H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/