Parcoursup : "Ce ne sont pas les algorithmes qui font tout !" assure Sylvie Retailleau

Sylvie Retailleau, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, était “L’invitée politique” sur Sud Radio.

Sylvie Retailleau Parcoursup
Sylvie Retailleau, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 16 janvier, dans “L’invité politique”.

Parcoursup, ChatGPT, réforme des retraites, mobilisation des étudiants : Sylvie Retailleau a répondu aux questions de Patrick Roger.

Parcoursup : "Ce ne sont pas les algorithmes qui font tout !"

L'inscription des voeux post-bac sur Parcoursup démarre mercredi 18 janvier. Le flou persiste autour des critères d'admission. "Nous entendons cette anxiété, ce stress autour de la transparence, assure Sylvie Retailleau. Nous avons fait évoluer Parcoursup de façon claire pour avoir une information plus riche, plus claire et plus transparente. L'accès est plus facile à des informations de base. Les profils d'étudiants classés, le taux d'insertion et de réussite des formations ainsi que les critères d'examen des candidatures sont affichés pour chaque formation. Et nouveauté cette année : les notes des épreuves de spécialités passées en mars prochain seront prises en compte. Ce qui donnera un volet plus homogène des étudiants".

"Ce ne sont pas les algorithmes qui font tout !", affirme la ministre. "Parcoursup est une plateforme d'aide pour le dépôt et le traitement des candidatures. Il y a un algorithme d'aide à la décision plus ou moins utilisé par les enseignants chercheurs du supérieur. Mais ce sont bien des commissions, de l'humain, des enseignants qui examinent les candidatures". Y a-t-il toujours une sélection en fonction des lycées d'où l'on vient ? "La prise en compte des notes de bac des spécialités permettra de minimiser cet impact, qui officiellement n'est pas sur le dossier. C'est important de redonner la place du bac dans le dossier Parcoursup dès le début des examens des candidatures".

 

ChatGPT : "Les outils de détection des fraudes évoluent en parallèle"

Le nouveau robot ultra-performant chatGPT qui peut rédiger à votre place lancé en fin d'année dernière, est déjà accusé de favoriser la triche chez les étudiants. "Ce n'est pas quelque chose de nouveau, estime Sylvie Retailleau. Avec l'apparition d'Internet, des moteurs de recherche, le pas de l'accès à l'information était beaucoup plus fort. Aujourd'hui, les outils de détection des fraudes évoluent en parallèle. L'outil de détection GPTZero est sorti en parallèle".

Pour la ministre de l'Enseignement supérieur, "rien ne vaut l'humain. On connaît nos étudiants. Quand une copie a un décalage trop fort par rapport à la copie habituelle, aucun outil ne remplace la connaissance de l'enseignant des étudiants". Sylvie Retailleau affirme ne pas avoir "spécialement d'inquiétude". "Ça va donner une vigilance supplémentaire pour les enseignants. Sur les devoirs à la maison, les enseignants savent gérer. On forme aussi des citoyens".

Réforme des retraites-étudiants : "On surveille, on regarde, on écoute, on discute"

Journée test pour le gouvernement jeudi 19 janvier, avec la première mobilisation contre la réforme des retraites. Doit-on redouter un blocage des universités ? "Une des premières peurs des jeunes est de ne pas avoir droit à cette retraite", explique Sylvie Retailleau. "Ce n'est pas nouveau, il faut dire aux étudiants que la réforme est justement là pour qu'ils puissent y avoir droit et préparer l'avenir". "On surveille, on regarde, on écoute, on discute", assure la ministre de l'Enseignement supérieur.

La multiplication des études supérieures repousse l'âge de départ à la retraite. "De plus en plus de jeunes font des études, c'est une bonne chose, estime Sylvie Retailleau. On a besoin de monter en compétences". Sur l'orientation, "c'est aussi le droit de se tromper. Il est bon qu'un jeune puisse avoir cette possibilité de réorientation. On accompagne ces points d'orientation et de reconversion dans la vie active en développant la formation tout au long de la vie. On a besoin de continuer à se former même en sortant des études, justement pour trouver du boulot après 55 ans".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !