single.php

CETA : "Il y aura un vote sur la ratification" à l'Assemblée nationale, annonce Franck Riester

Par Jean Baptiste Giraud

CETA : "Il y aura un vote sur la ratification" selon Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

franck riester, ceta, européennes, investissement
Franck Riester, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 2 mai 2024, dans “L’invité politique”.

Les investissements en France, les Européennes, l'accord CETA... Franck Riester a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

 

Investissement : "Il y a un certain nombre d’entreprises dont les capitaux sont détenus par l’étranger"

La France a une nouvelle fois, et pour la cinquième année consécutive, été le pays européen ayant attiré le plus d’investissements étrangers. Mais une question se pose : celle de la prise de contrôle des entreprises étrangères de sociétés françaises. "Il y a un certain nombre d’entreprises, bien sûr, dont les capitaux sont détenus par l’étranger", explique Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité, de la Francophonie et des Français de l’étranger. Mais "c’est une bonne chose", assure-t-il.

"C’est une bonne chose que la France accueille des investissements." Ces investissements, assure le ministre, permettent la création d’emplois, une "dynamique économique". "L’investissement est un levier de la croissance", explique-t-il. "Il y a la consommation, mais aussi l’investissement." Plus il y a d’investissement, plus il y a de croissance et d’emploi. Il y a toutefois des garde-fous concernant "les entreprises qui sont stratégiques pour notre pays" afin qu’elles ne tombent pas sous contrôle étranger.

 

"On ne va pas changer de stratégie économique"

Le ministre se félicite notamment du résultat de la dernière étude du cabinet EY. "Pour la cinquième année consécutive, la France accueille le plus grand nombre d’investissements étrangers sur son sol en Europe. Devant la Grande-Bretagne. Devant l’Allemagne." En détail, les investissements dans les usines en France ont été trois fois plus élevés qu’en Grande-Bretagne et même six fois plus élevés qu’en Allemagne. "Pendant des décennies, on a dit que l’Allemagne c’était le pays qui accueillait le plus d’industries", et maintenant c’est la France "et ça fait cinq ans que ça dure". "Ce n’est pas le fruit du hasard", souligne Franck Riester.

La France, selon les investisseurs étrangers, c’est le pays qui permet aujourd’hui que les investissements soient "rentables". Les investisseurs regardent "la fiscalité, les talents, la politique de soutien à l’investissement".

"Depuis une dizaine d’années, ça s’est accéléré depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron, une politique de compétitivité pour notre économie", assure le ministre. Parmi les mesures prises par Emmanuel Macron, la baisse des impôts sur les sociétés, passés de 33% à 25%. Et "ils n’augmenteront pas", assure Franck Riester. "On va continuer d’accompagner la baisse et la maîtrise de la fiscalité dans notre pays, et notamment pour les entreprises." Franck Riester l’assure : "on ne va pas changer de stratégie économique, même si nos oppositions, qu’elles soient de droite ou de gauche, veulent qu’on change de stratégie".

 

Marché publics internationaux : "On a fait énormément preuve de faiblesse"

La question de l’international se pose également dans le cadre des marchés publics étrangers dont certains ne sont pas ouverts aux produits français ou européens, alors que l’Union européenne les ouvre à tous les autres pays du monde. Une situation d’inégalité qui inquiète de plus en plus. "Il faut que ça change", affirme Franck Riester qui estime "qu’on a été trop naïfs". "Mais on ne l’est plus."

Le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a mis le doigt sur ce problème lors de son audition au Sénat le 1er mai 2024. Il a expliqué que, dans le domaine des panneaux photovoltaïques, l’Europe a levé en 2016-2017 les barrières sur les produits chinois. Avec, pour conséquence, la fermeture d’usines en France. "On a fait énormément preuve de faiblesse", souligne Franck Riester. "Il ne faut plus avoir cette faiblesse-là."

 

Franck Riester "conteste formellement" que la montée du RN chez les plus défavorisés soit l’échec du gouvernement

Les élections européennes de juin 2024 s’approchent et le Rassemblement National (RN) caracole en tête des sondages. Inversement, la candidate de la majorité présidentielle, Valérie Hayer, est à la traîne et se fait menacer par Raphaël Glucksmann, candidat du Parti Socialiste. Si Franck Riester refuse de donner des précisions sur la liste de la majorité, sur sa date d’annonce et autres détails, il assure que la liste sera présentée dans les prochains jours, tout comme le programme.

De son côté, Jordan Bardella et Marine Le Pen ont rencontré les militants du RN lors d’un meeting à Perpignan le 1er mai 2024. Et il semblerait que le RN récupère de plus en plus de votes des personnes en difficulté. Franck Riester "conteste formellement" que la montée du RN chez les plus défavorisés soit l’échec du gouvernement. "Ce que je ressens, c’est une exigence par rapport à ceux qui gouvernent d’avoir d’avantage de résultats."

 

CETA : "Il y aura un vote sur la ratification du projet de loi"

L’accord de libre échange avec le Canada, le CETA, reçoit de plus en plus de critiques avec une demande pressante de le rejeter. "Il y aura un vote sur la ratification du projet de loi" à l’Assemblée nationale, annonce le ministre du Commerce extérieur. Le gouvernement est dans l’impasse après le vote, au Sénat début 2024, qui a rejeté massivement l’accord à plus de 80%. Un vote qui s’est fait "dans une alliance complètement baroque, folle", dénonce le ministre. Notamment un retournement de veste du parti Les Républicains qui avaient voté pour sous Nicolas Sarkozy et ont voté contre en 2024. Le vote à l’Assemblée nationale se fera après les élections européennes et après les rapports en cours de réalisation sur divers points, dont les mesures dites miroir.

"J’espère, je suis convaincu, je veux en tout cas y croire, que le Parlement français va valider un accord qui est un bon accord pour nos entreprises." Dans le cas contraire, tout reste en suspens, Franck Riester n'ayant pas confirmé que la France notifiera à la Commission européenne le résultat du vote des députés. Un vote qui, d'ailleurs, n'est pas obligatoire... et que le gouvernement ne semblait pas enclin à organiser.

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
00H
22H
20H
19H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/