La RN22 vers l'Andorre fermée, les commerces tournent au ralenti

La RN22 qui permet d'accéder à l'Andorre fermée
La RN22 qui permet d'accéder à l'Andorre fermée - Christine Bouillot / Sud Radio

Coup dur pour l’économie d’Andorre, le petit Etat au cœur des Pyrénées (dont le chef de l'Etat français est co-prince !) Depuis une semaine, la route d’accès coté français, la Nationale 22 depuis l’Ariège, est fermée. Avec la fonte des neiges et les pluies de ce printemps, la montagne menace de s’effondrer sur la chaussée: les travaux s’annoncent compliqués et très longs ! Pour aller en Andorre, il faut effectuer un détour de plus de deux heures dans les Pyrénées-Orientales. Conséquence, c’est toute la Haute-Ariège qui vit au ralenti en ne voyant pas passer ces français qui vont faire le "plein" d’alcool ou de cigarettes détaxées. Mais la situation ne fait pas que des malheureux sur la route du Pas de la Case.

Reportage Sud Radio de Christine Bouillot

De 5000 voitures par jour habituellement,  le trafic peine à dépasser la centaine en ce moment: à L'Hospitalet-près-l’Andorre, dernier village avant la frontière, les 90 habitants sont surpris du calme. Brenda, la boulangère, compte  les clients: "On saute sur le client, car maintenant ça se fait rare" ironise la  vendeuse. 

Chômage technique

Au Pas de la Case 10 kilomètres plus haut, faute de clients, les commerces andorrans  sont fermés. Pour les travailleurs frontaliers comme Arlette Silva, c’est vacances forcées.  "Mon patron m'a appelé pour me dire qu’il allait fermer le magasin, et qu’il me mettait en vacances. Il n’est pas le seul, les autres font pareil. Car sans les touristes qui prennent cette route, pas de clients !" 

Andorre, la locomotive de la vallée

Les mauvaises langues l’appellent "la route de l’alcool et des cigarettes pas chères", l’Andorre ayant construit sa croissance sur des produits détaxés comme le tabac, l’alcool , l’essence et le luxe. Pour le maire de L'Hospitalet-près-l’Andorre, Arnaud Diaz, la fermeture de cette route - la nationale la plus haute de France - est là pour  rappeler que c’est avant tout un axe économique crucial pour la vallée: "Certains citoyens ne comprennent ps pourquoi on investit dans cette route qui ne mène pas en France. Mais si ! Ce sont des intérêts économiques français, des emplois et des entreprises chez nous. L’Andorre est la locomotive de la vallée, et même au delà." 

"Les gens ne viennent plus acheter leur chocolatine, boire leur café, prendre leur sandwich" - Le maire de l'Hospitalet-près-l'Andorre

 

 

Le malheur des uns, les affaires des autres

Image
Gérard Vigara, buraliste à Montgaillard, heureux de voir revenir les clients

 

Gérard Vigara, buraliste à Montgaillard, heureux de voir revenir les clients - Christine Bouillot / Sud Radio

Mais la situation ne fait pas que des malheureux. Plus bas dans la vallée, à Foix, Gérard  Vigara tient un bureau de tabac. Depuis une semaine, il voit une centaine de clients  supplémentaire venir acheter tabac et cigarettes. "C’est un peu un juste retour des choses . Après toutes les hausses de tabac que nous avons connues, voir revenir les clients , même si c’est malheureux pour certains commerces , moi je m’en réjouis."  Les travaux ont débuté et s’annoncent longs et compliqués à cette altitude. Si tout va bien, la route nationale pourrait ré-ouvrir dans 4 semaines. Le Préfet et les autorités andorranes doivent faire le point lors d’une réunion ce lundi. 

Les rubriques Sudradio