Ligue 1 : le match arrêté après de violents incidents à Bastia

Echauffourées entre supporters de Bastia et joueurs de Lyon (©PASCAL POCHARD-CASABIANCA - AFP)
Echauffourées entre supporters de Bastia et joueurs de Lyon (©PASCAL POCHARD-CASABIANCA - AFP)

Alors que l’Olympique Lyonnais et le SC Bastia devaient s’affronter dimanche à 17h en Ligue 1, le match a été arrêté à la mi-temps. Des supporters bastiais sont descendus sur la pelouse pour agresser des Lyonnais en plein échauffement avant qu'une nouvelle bagarre éclate sur le terrain à la mi-temps. 

Décidément, semaine très difficile pour le football, après l’attentat de Dortmund et les incidents à Lyon lors du match OL-Besiktas. Quelques jours après leur match d’Europa League, les Lyonnais se déplaçaient ce dimanche sur la pelouse de Bastia pour le compte de la 33e journée de Ligue 1. Mais le coup d’envoi prévu à 17h a été reporté en raison de scènes complètement irréalistes. Les Lyonnais ont en effet vu leur échauffement interrompu par plusieurs dizaines de supporters bastiais qui ont envahi la pelouse et commencé à les poursuivre. 

Des supporters bastiais descendent sur la pelouse

Dans un premier temps, un supporter est entré sur le bord du terrain pour bousculer Memphis Depay près du but. D'autres supporters sont ensuite entrés pour bousculer Mathieu Gorgelin, le gardien remplaçant de l'OL. Le Lyonnais a tenté de se défendre et une cinquantaine de supporters corses a alors déferlé sur les Lyonnais, provoquant une gigantesque bagarre générale. Les joueurs de l'OL ont échangé des coups avant de rentrer vers le vestiaire, pendant que les supporters corses les suivaient jusqu'au tunnel. Le reste du public de Furiani a sifflé ces supporters, et quelques bousculades ont eu lieu dans le virage du stade.

Après de longues minutes d'attentes et de discussions entre les autorités et les responsables des deux clubs, le match a pu enfin commencer. Les joueurs de l'OL et leur entraîneur Bruno Génésio ne voulaient pourtant pas revenir sur la pelouse. "Faut arrêter ! Faut arrêter ! Ils ont frappé les joueurs ! Faut arrêter ! On ne va pas à la guerre", a notamment lancé le coach lyonnais à son président dans les couloirs.

La suite lui a donné raison. Après une première mi-temps insipide où aucune des deux équipes n'a montré de l'envie, sûrement la tête aux événements d'avant-match, de nouveaux incidents ont éclaté au moment de rentrer dans les vestiaires. Selon le récit de l'Équipe, le directeur des services généraux du club corse a pris à parti le gardien lyonnais Anthony Lopes. Les deux hommes se sont bousculés et dans la foulée des dizaines de supporters corses ont envahi à nouveau la pelouse. Dans la mêlée générale, des vidéos montrent des stadiers, chargés d'assurer la sécurité, tenter de frapper des joueurs lyonnais venus prêter main forte à leur gardien. Des images surréalistes où des stadiers font barrière d'autres stadiers, où le gardien bastiais Jean-Louis Leca est obligé de s'interposer pour protéger les lyonnais. 

Sans surprise, le match a été arrêté. Les joueurs lyonnais ont dû ensuite attendre de longues minutes avant de pouvoir partir et reprendre l'avion, le temps d'assurer la sécurité sur le chemin du car de l'OL visé par de nombreux jets de projectiles. Les CRS sont intervenus pour disperser la foule à coups de gaz lacrymogène. 

Pour rappel, le match aller à Lyon avait été houleux entre les Corses et les Rhodaniens. L’entraîneur bastiais de l’époque, François Ciccolini, s’était notamment fendu d’un avertissement prémonitoire en conférence de presse d’après-match... 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio