single.php

Le Danemark supprime le délit de blasphème, inscrit dans la loi depuis 334 ans

Par Mathieu D'Hondt

Le Danemark a décidé de supprimer ce vendredi le délit de blasphème qui était toujours appliqué dans le pays.

Thumbnail

Farouchement attaché à la liberté d'expression, le Danemark vient de rompre avec une vieille tradition en abrogeant purement et simplement le délit de blasphème, qui était en vigueur dans le pays depuis 334 ans. L'abrogation a été votée par la quasi-totalité du Parlement, à l'exception des sociaux-démocrates.

Une loi désuète et inutilisée 

"La religion ne doit pas dicter ce qui est permis et ce qu'il est interdit de dire publiquement", a ainsi justifié le député d'opposition Bruno Jerup, à l'origine du projet de suppression. Le désormais ex-article 140 du code pénal danois prévoyait une peine maximum de quatre mois de prison pour un délit de blasphème. Toutefois, les tribunaux du pays n'ont eu recours à ce type de procédure exceptionnelle qu'à de très rares occasions. Dans l'histoire moderne du Danemark, le ministère public n'a en effet poursuivi en son nom que 4 fois pour ce motif sur les 80 dernières années. Le dernier cas remontant à 1971 lorsque deux responsables de la radio publique avaient été condamnés pour avoir diffusé une chanson qui évoquait la sexualité d'une jeune femme refusant l'autorité divine.

Depuis lors, les quelque 12 affaires recensées ont toutes été abandonnées par le parquet. La plus célèbre étant celle des caricatures du prophète de l'islam Mahomet, publiées dans le journal Jyllands-Posten en 2005, puis dans 17 quotidiens nationaux l'année d'après. En France, elles avaient été relayées par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Ces publications avaient provoqué des manifestations hostiles dans plusieurs pays de culture musulmane.

L'info en continu
21H
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/