single.php

Gérard Vivès : "Je ne voulais pas être comédien du tout"

Par Jean Baptiste Giraud

Le comédien Gérard Vivès était l’invité de Christine Bouillot et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 1er décembre 2023 dans "Sud Radio Média".

Gérard Vivès
Gérard Vivès, invité de Christine Bouillot et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Le samedi 9 décembre 2023 à 21 heures, la chaîne Paris Première capte et diffuse en direct la pièce "Le coucou", dans laquelle joue Gérard Vivès.

 

Gérard Vivès : "On a eu ce bonheur d'être classés dans le Top 5 des pièces les plus drôles de Paris"

"C'est ma 17ème représentation. On a eu ce bonheur d'être classés dans le Top 5 des pièces les plus drôles de Paris. Venant du sport, quand on est 5, pour moi, c'est naze puisqu'il n'y a que trois places sur le podium. Mais on m’a dit : ‘Tu ne te rends pas compte du nombre de pièces et tout’. Donc j'ai compris que c'était important. Et puis, deux jours après, on nous a fait la proposition d'avoir cette captation en direct à Villeneuve-le-Roi, dans un théâtre. Et ce qui est incroyable, signe de l'univers, cette ville-là, c'est ma ville d'enfance. On va jouer en direct parce que le théâtre est plus grand. Parce que le théâtre Edgar à Paris, c'est un tout petit théâtre, très intime", a raconté Gérard Vivès.

Comment Gérard Vivès a-t-il commencé à faire du théâtre ? "Je ne voulais pas être comédien du tout. Cela fait 31 ans que ça dure, mais c'est vraiment le hasard. Je n’étais pas du tout comédien, je guidais les avions Air Inter sur la piste, rien à voir. Et donc je me retrouve à faire 'Les filles d'à côté'. Mais si on revient 31 ans en arrière, je joue ce personnage très efféminé et je modifie ma voix pour le jouer. Pourquoi ? Je n’en sais rien, c'est comme ça. Et de ce fait, quand on me voyait dans la réalité, maintenant les gens connaissent un peu plus ma voix suite aux émissions que j'ai pu faire… Mais à l’époque on me disait : ‘mais c'est pas possible, c'est quoi, cette voix ?’. Et en fait, les gens ont cru que j'étais un comédien parce que, lorsque vous me voyez dans 'Les filles d'à côté', on disait : 'Ben lui, c'est un comédien puisque ce n'est pas la même personne'."

 


Les choses ont-elles beaucoup changé depuis que Gérard Vivès a commencé sa carrière ? "Aujourd’hui, l’humour, c’est très compliqué. C’es plus facile de faire un film sur un bébé atteint d’un cancer et qui va mourir, et dont la maman a dû se prostituer pour le soigner. C’est super bien. Mais l’humour… faites gaffe, les mecs, à ce que vous allez dire !", a répondu le comédien.

"Vous voulez être comédien ? Faites ça à fond"

Au cours de cet entretien, Gérard Vivès est également revenu sur le fait que faire du théâtre ne paie pas suffisamment. "C'est un métier qui est difficile. Il est difficile de jouer, de travailler, de durer... Simplement se payer un loyer et bouffer. Mais il y en a combien qui arrivent à le faire? Pourquoi ils ont tous des petits boulots : serveur, machin… C'est ça, la vraie difficulté. Moi, j’ai besoin de travailler constamment. Pourquoi je peux refuser des choses ? C'est parce que je travaille à côté. Tout ce que j'ai, je le dois à la télé. Mais celui qui ne pense qu'à ça… moi, je ne peux pas. Je ne peux pas attendre et espérer, je vais foutre ma vie en l'air, je ne peux pas faire ça, c'est impossible. Là, j'ai une pièce, c'est la sixième pièce que je refuse. Et ben, celle-là, elle m'intéresse, j'y vais parce que je peux me permettre. Parce que pour faire chauffer ma marmite, je n'ai pas besoin de ça. J'ai toujours eu quelque chose à côté, qui n'a rien à voir avec la télé et le théâtre."

 


Quel conseil Gérard Vivès donnerait-il aux jeunes générations ? "Vous voulez être comédien? Faites ça à fond, il faut être monocellulaire. Ne pensez qu'à ça. C'est comme un sportif : il faut être sportif de haut niveau, il ne faut pas avoir de vie, il faut faire que ça, c'est mon point de vue. Et moi, je ne fonctionne que comme ça. Je suis à fond dedans. Et quand je suis à fond dedans, j'ai une chance de réussir. Je donnais toujours cet exemple : moi, ma passion, c'est le tennis. Quand j'entraînais des gens, je leur disais : ‘Vous rendez compte, Nadal est numéro un mondial. Tous les jours, il va s'entraîner. Toi, t'es rien et des fois tu rechignes à aller t'entraîner. Tu n'arriveras pas’. Donc, je dis : ‘Vous voulez être comédien, faites que ça’. Après, la réussite, c'est la feuille blanche et l'écriture. Celui qui est capable d'écrire, il va créer des projets, il va aller très loin. Je n'ai pas cette capacité-là, je ne peux être qu'un interprète. Je peux avoir des idées, mais le mec qui écrit, lui, va aller loin", a répondu Gérard Vivès.

 


Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Christine Bouillot.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
06H
05H
04H
01H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/