Aurore Bergé : "la redevance télé est un impôt que tout le monde doit payer"

Aurore Berge
Aurore Bergé, député des Yvelines invité de Valérie Expert dans "le 10h - midi" sur Sud Radio. SUD RADIO

Aurore Bergé, député LREM des Yvelines, rapporteur du projet de loi sur l'audiovisuel à l'Assemblée, était l’invitée de Valérie Expert, Rémy Pernelet et Gilles Ganzmann sur Sud Radio lundi 8 octobre dans "le 10h - midi". Elle propose que la redevance audiovisuelle soit acquittée par l'ensemble des contribuables, indépendamment de la détention d'un téléviseur. 

Faire payer la redevance audiovisuelle à tout le monde, c'est l'une des principales mesures proposées par Aurore Bergé dans son rapport sur le projet de loi de réforme de l'audiovisuel. Invitée dans l'émission de Valérie Expert, la député des Yvelines s'explique sur cette proposition qui a déclenché de nombreuses réactions. 

Aurore Bergé : "oui la redevance est un impôt"

"On sait qu'il y a un sujet de fraude, c'est à vous de cocher la case, mais au delà de ça, il y a une évolution des usages. On regarde la télé ou écoute la radio autrement. Par ailleurs, l'audiovisuel public, c'est un service, et le principe même d'un service public, c'est que l'on y contribue, même si l'on ne bénéficie pas du service soi-même". La député LREM admet que la redevance est en fait un impôt, et qu'il doit de ce fait être acquitté par tous, notamment parce que la redevance finance également Radio France ou l'INA.

Aurore Bergé recommande par ailleurs de fusionner Hadopi avec le CSA, afin de mieux pouvoir lutter contre le piratage. "On n'a pas donné les moyens à l'Hadopi, l'autorité en charge de la lutte contre le piratage, de pouvoir sanctionner. Elle n'a aucun moyen de sanction, il faut passer par le juge. Résultat, en 2016, il y a eu 16 millions de signalements, et seulement 80 décisions de justice. On voit bien l'écart énorme que cela représente".

Il faut se donner les moyens de lutter contre le piratage audiovisuel

"Aucun secteur économique accepterait de perdre 1,2 milliard d'euros par an, dû à des pratiques illégales, sachant qu'en plus, on a les moyens de les combattre. On peut faire en sorte que la sanction soit homologuée par un juge, mais édictée par l'autorité administrative". 

Enfin, Aurore Bergé milite activement pour le développement de la radio numérique terrestre (DAB). "Cela permettrait d'ouvrir largement le paysage audiovisuel, d'avoir de nouveaux entrants, de laisser de la place à des radios associatives, et même de créer des radios extraordinairement locales". 

Cliquez ici pour écouter l'intégralité de l’interview média avec Aurore Bergé en podcast.

 

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert, Rémy Pernelet et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h30 sur Sud Radio dans "le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !


 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Yann Leroy
- Lundi 8 octobre 2018 à 22:59
Depuis 1985, j'ai fait le choix de ne plus avoir de téléviseur, par ce que tout simplement, je refuse la culture télévisuelle et la manipulation qu'induit ce média.Je dispose d'internet, par le biais de Orange, un abonnement que je paie au tarif fort, et je ne consulte pas les émissions et programmes télévisés relayés par internet .Je m'insurge aujourd'hui contre votre décision d'obliger les citoyens à payer un service auquel ils ne souscrivent pas. C'est d'abord une démarche contestable, que je considère plutôt comme du vol mais également une atteinte directe à la liberté, un des fondements principal de la république.J'ai le droit en ce pays en qualité de citoyen français de faire des choix de consommation .Je n'ai pas à payer ce que je ne consomme pas. Quant au motif que c'est une avancée moderne que de faire payer la redevance à ceux qui ne sont pas concernés, pour enrayer et compenser une fraude massive face à laquelle vous vous sentez dépourvue de moyens c'est un acte de faiblesse de votre part.


billyg
- Mercredi 10 octobre 2018 à 15:10
Elle ment. La contribution à l'audiovisuel public n'est pas un impôt mais une redevance. Seuls ceux qui demandent à utiliser son service doivent payer.

Et en principe le service public est gratuit vu qu'on y contribue par l'impôt (le vrai).
Que d'arguments fallacieux qui témoignent de la médiocrité et des mensonges et des escroqueries qui pullulent au sein cette antre des traitres qu'ils appellent l'Assemblée.
Peronne Sophie
- Dimanche 14 octobre 2018 à 16:03
La France est vraiment la poubelle de l Europe
Et en plus les français n n'utilisent leur salaire
Que pour payer les factures !!! Et les hauts fonctionnaires trouvent celà normal quelle
Honte !!!

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio