single.php

La Tour Eiffel "est en bon état et fait l'objet d'une surveillance permanente" - Emmanuel Grégoire

Par Adélaïde Motte

La Tour Eiffel "est en bon état et fait l'objet d'une surveillance permanente" selon Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio.

tour eiffel
Emmanuel Grégoire interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 23 février, dans “L’invité politique”.

Entretien de la Tour Eiffel, Jeux olympiques, Salon de l'agriculture, PSG : Emmanuel Grégoire a répondu aux questions de Patrick Roger. 

La Tour Eiffel "fait l'objet d'une surveillance permanente"

La mairie de Paris est actuellement attaquée à cause de l'état de la Tour Eiffel, qui porterait de nombreuses traces de rouille. Emmanuel Grégoire tient à rassurer. "Ce bâtiment est en bon état, c'est un joyau national", affirme-t-il, ajoutant que "ce bâtiment fait l'objet d'une surveillance permanente, nous mettons le paquet dans son entretien." "La peinture qui a été utilisée, il y a du plomb, donc nous avons besoin de protocoles beaucoup plus stricts", précise-t-il. "Il y a un contrat qui lie la ville de Paris et la société d'exploitation de la Tour Eiffel, depuis 2017 il y a eu la crise Covid, la Tour Eiffel a perdu énormément d'argent." "Il faut que la Tour Eiffel garde les moyens d'accueillir les touristes."

Emmanuel Grégoire affirme que la ville de Paris prend toutes ses responsabilités concernant ce monument. "C'est l'un des plus hauts niveaux d'investissement de l'histoire, nous n'avons jamais mis autant d'argent, depuis que la Tour Eiffel a été créée, dans son entretien. La mairie de Paris a accepté de revoir les termes, nous sommes en train de les renégocier" afin de garantir "les meilleurs conditions d'accueil possibles" et "les moyens de se développer dans les années qui viennent." Rachida Dati, ministre de la Culture, a indiqué sur X (ex-Twitter), que la mairie devait demander de l'aide au gouvernement pour maintenir la Tour Eiffel en bon état. Si Emmanuel Grégoire n'est "pas, par principe, fermé à des hypothèses", il rappelle que la mairie de Paris et la ministre ont "une relation compliquée sur le plan politique local. Mais on essaie de ne pas confondre les enjeux et les échéances, on est prêt à en discuter."

"Non la vente à la sauvette n'est pas du folklore, ce sont des incivilités"

Les Jeux olympiques qui auront lieu cet été continuent à défrayer la chronique, et surtout à inquiéter quant à l'image de Paris. Ainsi, Frédéric Hocquard, adjoint EELV à la mairie de Paris, chargé du tourisme, avait affirmé que la vente à la sauvette et les vendeurs de bonneteau faisaient partie du folklore parisien. Emmanuel Grégoire le réfute fermement. "Non la vente à la sauvette n'est pas du folklore, ce sont des incivilités, c'est illégal, ça génère du trafic d'êtres humains." "Notre objectif c'est de démanteler les réseaux de ventes à la sauvette et les réseaux de bonneteau" affirme-t-il. Il précise néanmoins que "toutes les grandes villes du monde sont confrontées à ça." "Paris c'est la ville la plus attractive du monde, la première ville économique d'Europe, évidemment elle est confrontée à beaucoup de problèmes." Toutefois, "il faut savoir se réjouir de ce qui se passe de bien."

Finalement, la ville sera-t-elle prête pour les Jeux Olympiques ? Emmanuel Grégoire tient à rassurer. "On met tous les bouchées doubles pour que ces JO soient une réussite, pour tous ceux qui voudront vivre cet événement en venant à Paris." "Il y a énormément de places qui seront pas chères, l'accessibilité des Jeux elle a été garantie par la candidature." "La force de Paris c'est qu'elle accueille énormément de touristes tout le temps, la fréquentation des Jeux olympiques c'est à 90% une fréquentation nationale, il y a aura moins d'internationaux." Quant aux locaux, Emmanuel Grégoire tient à les rassurer. "Il faut rester à Paris, parce que ça va être un moment unique, on fait en sorte que l'événement puisse être vécu de façon positive, on souhaite associer tous les acteurs privés, ça va vraiment être une grande fête."

Le Salon de l'agriculture est "un moment de fête, de démonstration de compétences"

Emmanuel Grégoire rappelle que le Salon de l'Agriculture, qui commence aujourd'hui, est une "vitrine du monde agricole, un moment de fête, de joie, de démonstration de compétences." "C'est un sujet que nous travaillons beaucoup." Il rappelle ainsi que la mairie de Paris a un vrai "attachement à l'agriculture française." "Notre vision c'est d'abord celle de la répartition de la valeur, que les agriculteurs puissent être justement rémunérés." Quant aux réglementations environnementales qui défraient la chronique, il affirme que ce n'est pas le vrai sujet de la crise. "Les agriculteurs ils veulent aussi être porteurs de valeurs, de sens, de responsabilité environnementales. Évidemment qu'il ne faut pas se mettre des boulets au pied mais le sujet principal c'est la répartition de la valeur."

Le PSG va-t-il quitter le Parc des Princes ? Emmanuel Grégoire "ne le souhaite pas, ne le croit pas." "Il n'existe pas d'hypothèse où le PSG quitte le Parc des Princes, ce ne serait plus le PSG, c'est pas un sujet de nom, c'est un sujet d'histoire. Il n'existe pas de réserve foncière dans l'hypercentre de l'agglomération, ça veut dire partir très très loin. Tous les grands clubs qui sont partis regrettent l'ambiance originale." "Notre réflexion c'est de dire qu'on a un schéma extrêmement intéressant à proposer au Paris-Saint-Germain. On propose un engagement sur une très longue durée, il y a des grands clubs qui sont sur des baux de très longue durée. Le PSG a un projet tout à fait exceptionnel à mettre en œuvre sur le Parc des Princes."

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
20H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/