Ocean Viking : "Ce que Madame Meloni a fait, c'est dégueulasse !" dénonce Nathalie Loiseau

Nathalie Loiseau, députée européenne Renew, membre du parti Horizons, ancienne ministre et auteur de "La guerre qu'on ne voit pas venir" (Éditions de l’Observatoire), était l'invitée de “L’invité politique” sur Sud Radio.

Nathalie Loiseau Poutine
Nathalie Loiseau, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 3 février, dans “L’invité politique”.

Accueil de l'Ocean Viking, relations avec l'Italie, guerre en Ukraine : Nathalie Loiseau a répondu aux questions de Patrick Roger.

Ocean Viking : "Ce que Madame Meloni a fait, c'est dégueulasse !"

La France a accueilli l'Ocean Viking à Toulon et a critiqué le refus de l'Italie d'accueillir le navire chargé de migrants. "En n'appliquant pas le droit de la mer, le droit international, l'Italie se met de côté et découvre que c'est la France qui bénéficie de la solidarité européenne. L'Europe est en crise avec l'Italie, qui s'est mise de côté par rapport à l'Europe, estime Nathalie Loiseau. En faisant de la gesticulation politicienne sur la vie de 200 personnes qui étaient depuis 3 semaines en mer. On parle de naufragés, dont le navire avait coulé. Avec des blessés, des femmes, des enfants. C'est inacceptable : ce que Madame Meloni a fait, c'est dégueulasse !, fustige la députée européenne. "Si on veut vraiment traiter le problème au fond, on coopère vraiment, on se dit les choses".

Selon Giorgia Meloni, le mécanisme de relocalisation des migrants ne fonctionne pas. Près de 90.000 ont été accueillis en Italie, les pays s'étaient engagés à les recevoir, mais moins d'un dixième l'ont été. "Pour pouvoir faire fonctionner le mécanisme de solidarité, il faut avoir accès aux centres où se trouvent les demandeurs d'asile, souligne Nathalie Loiseau. Malheureusement en Italie, les centres sont souvent éparpillés dans la nature. Il faut pouvoir faire des contrôles de sécurité dans des zones de transit internes où on peut raccompagner dans leur pays d'origine ceux qui ne relèvent pas du droit d'asile". Le ministre de l'Intérieur a affirmé qu'en rétorsion, les contrôles à la frontière italienne seront renforcés. "On sait que les autorités italiennes ferment les yeux, n'enregistrent pas certaines entrées".

 

Relations avec le Royaume-Uni : "Ça ne peut pas aller plus mal que pendant le gouvernement Johnson"

Pour Nathalie Loiseau, il faut accentuer la lutte contre les filières de passeurs. "Mais ça ne marche qu'avec de la coopération européenne et internationale. Si des gens embarquent en Lybie, c'est qu'il y en a d'autres qui les ont amenés jusqu'au port d'embarquement. Et s'ils débarquent en Sicile, c'est parce qu'il y a des gens qui les accueillent et qui souvent les font travailler au noir, 4 euros par jour. Les réseaux de passeurs sont souvent appuyés par la mafia dans un certain nombre de pays. Pour les Britanniques, c'est la même chose. Si certains prennent le risque de mourir en traversant la Manche, c'est qu'ils savent qu'ils seront accueillis derrière".

"Pourquoi au Royaume-Uni, personne n'a besoin d'avoir une carte d'identité ?, interroge la député européenne. Quand vous êtes prêt à une immigration clandestine, c'est très encourageant de savoir que vous pourrez louer un appartement, trouver du boulot sans jamais montrer vos papiers. Il serait temps que cet aspect soit traité !" Concernant les relations avec le Royaume Uni, elle assure que "ça va carrément mieux sur le ton. Sur le fond, on va voir. Ça ne pouvait pas aller plus mal que pendant le gouvernement Johnson où on ne pouvait pas travailler. J'ai eu en face de moi des gens moins flambards, qui ont compris que le Brexit était une énorme boulette, avec un besoin de coopération. Faisons-le ! On va travailler avec eux à partir du moment où ils sont fiables".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !