single.php

Législatives : Mélenchon espère "la victoire du RN" selon Manuel Valls

Par Jean Baptiste Giraud

Le résultat des législatives risque de donner lieu à "de l’instabilité et du chaos" selon Manuel Valls, ancien Premier ministre. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

Législatives, RN, mélenchon, LFI, manuel valls
Manuel Valls interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 4 juillet 2024, dans “L’invité politique”.

Les élections législatives de juillet 2024, la montée de l'antisémitisme, les liens entre RN et Russie, le risque de chaos... Manuel Valls a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

Une "partie de la gauche a sombré dans la haine des juifs"

Depuis les attaques terroristes du Hamas contre Israël le 7 octobre 2023, il y a une montée de l’antisémitisme en France. Un antisémitisme qui était latent jusque-là mais dont Manuel Valls, ancien Premier ministre, a fait les frais il y a plusieurs années à cause de sa femme d’alors, d’origine juive. Il estime qu’une "partie de la gauche a sombré dans la haine des juifs". L’antisémitisme est "un révélateur" qui a pris de l’ampleur depuis les attaques du Hamas et la guerre d’Israël contre Gaza. C’est, pour Manuel Valls, une "vague contre les juifs" et une "haine contre les juifs et contre Israël".

"Il y a plusieurs dizaines de candidats poutinistes, complotistes, antivax…" au sein des candidats RN

Le Rassemblement national, issu du Front national lui-même créé par d’anciens nazis, semble avoir changé de braquet à ce sujet, du moins en surface. "Il y a eu un fait majeur", explique Manuel Valls, "c’est la manifestation du 12 novembre 2023". Lors de cette manifestation contre l’antisémitisme organisée après les attaques terroristes, le RN était présent tout comme une partie de la gauche mais pas La France Insoumise. "LFI expliquait qu’on ne pouvait pas participer à une manifestation qui était en faveur de ceux qui massacraient les Palestiniens à Gaza."

L’ancien Premier ministre constate, de fait, que le RN "a pris des positions claires", même s’il ne manque pas de soulever la question de savoir si ces positions sont purement "tactiques" ou liées à une volonté de faire passer un message islamophobe.

"Cependant, il y a plusieurs dizaines de candidats poutinistes, complotistes, antivax…" au sein des candidats RN aux législatives 2024. "Et plusieurs dizaines de candidats dont nous connaissons le pedigree antisémite."

"Nous connaissons depuis longtemps les liens politiques, financiers, stratégiques entre l’Extrême-droite européenne avec la Russie"

Autre problème de la montée du RN en France ce sont ses liens avec la Russie. Ils se sont matérialisés, notamment, par le soutien officiel affiché par la Russie au Rassemblement National pour le deuxième tour des législatives. Manuel Valls souligne que "le sujet de l’Ukraine a été assez absent" de la campagne des législatives, tout comme la politique étrangère en général. "Nous connaissons depuis longtemps les liens politiques, financiers, stratégiques entre l’Extrême-droite européenne avec la Russie." L’ancien Premier ministre rappelle qu’il y a des dizaines de candidats pro-Poutine dans les rangs du RN, dont notamment l’avocat Pierre Gentillet.

Législatives : Emmanuel Macron "doit prendre acte : c’est lui-même qui a voulu cette dissolution"

Le 8 juillet 2024, la France va se réveiller avec une nouvelle Assemblée nationale dont la composition reste très incertaine. Emmanuel Macron devra donc agir. "Il doit prendre acte : c’est lui-même qui a voulu cette dissolution", estime Manuel Valls. Et seuls deux scénarios se profile. D’un côté, la possibilité d’une majorité absolue pour le RN, de l’autre une Assemblée nationale très disparate.

Dans le premier cas, ça donnera "une cohabitation, sans doute dure, tendue", explique l’ancien Premier ministre. Toutefois, le Président ne devrait pas démissionner car ça ne donnerait lieu qu’à "une autre crise politique" et par ailleurs car de toute manière il est impossible de dissoudre l’Assemblée nationale avant un an après les élections.

Dans la seconde hypothèse, "il n’y a pas de majorité absolue" ou de majorité tout court. "il faudra être inventif", souligne l’ancien Premier ministre. "Il faudra trouver des solutions." Et une telle situation risque de provoquer "de l’instabilité et du chaos", rendant potentiellement ingouvernable le pays.

Législatives : Jean-Luc Mélenchon souhaite "la victoire du RN"

Jean-Luc Mélenchon, malgré sa personnalité clivante y compris au sein du Nouveau Front Populaire, reste sur le devant de la scène. Ce jeudi 4 juillet 2024, il va même s’exprimer sur TF1 dans la soirée. Le chef de file de LFI semble ne vouloir aucun compromis. Pour Manuel Valls, il ne fait aucun doute : "ce qu’il souhaite, c’est la victoire du RN. En tout cas, ce qu’il espère c’est le chaos".

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"


Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
15H
12H
11H
10H
09H
08H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/