"À l'horizon 2040, il n'y aura plus de glacier dans les Pyrénées", alerte Jean-Michel Soubeyroux 

"Quoi que l'on fasse, c'est déjà trop tard", selon Jean-Michel Soubeyroux. Le directeur adjoint scientifique de la direction des services climatiques de Météo-France était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Pyrénées
Jean-Michel Soubeyroux, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le vendredi 30 septembre, dans "le petit déjeuner politique".

Chaleurs records durant l'été, réchauffement climatique, sécheresse, fonte des glaciers et montée des eaux de la mer : Jean-Michel Soubeyroux a répondu aux questions de Patrick Roger.

Des vagues de chaleur "plus fréquentes et plus intenses"

Après un été 2022 caniculaire, le réchauffement climatique semble désormais acté. "Le lien est établi", affirme Jean-Michel Soubeyroux pour qui les événements de canicules seront "plus fréquents et plus intenses". Depuis l'été 2019, "70% des stations Météo-France ont enregistré des records absolus de chaleur", souligne-t-il.

Si la canicule a laissé place à une baisse des températures et des pluies fréquentes au début du mois de septembre, la situation est jugée "normale" par le scientifique. "Ce qui était anormal, c'était cette période aussi longue de chaleur", explique-t-il, rappelant qu'il n'y a pas eu d'épisode durable de températures en-dessous des moyennes depuis le mois de mai. Depuis le début du XXe siècle, la France a connu une augmentation moyenne de 2°C sur son territoire. "C'est considérable, cela correspond à la différence du climat entre Toulouse et Tours", précise Jean-Michel Soubeyroux.

 

Fonte des glaciers dans les Pyrénées : "Quoi que l'on fasse, c'est déjà trop tard"

Ces épisodes caniculaires enregistrés durant l'été auront probablement des effets sur la santé. "On s'attend à des chiffres très forts de surmortalité liée aux vagues de chaleur", prévient le directeur adjoint de Météo-France, même si les chiffres devraient rester en dessous de la canicule de 2003. La situation des sols s'est désormais améliorée dans certaines régions, "mais pas dans toutes, dans le Sud-Ouest, la situation reste très difficile", souligne le scientifique qui observe que le niveau des cours d'eau et des nappes phréatiques n'ont pas encore commencé à remonter. "On n'en est pas sorti, il y a toujours des restrictions d'usage en vigueur", rappelle-t-il.

Le réchauffement climatique entraine la fonte des glaciers dans nos montagnes, plus particulièrement dans les Pyrénées. Une fonte initiée à la fin du "petit âge glaciaire" à la fin du XIXe siècle. "Les glaciers ont commencé à fondre lentement avant de s'accélérer dans les années 1970-1980", note Jean-Michel Soubeyroux. Désormais, "le mouvement est bien engagé" et semble inexorable. "À l'horizon 2040, il n'y aura plus de glacier dans les Pyrénées, quoi que l'on fasse, c'est déjà trop tard", alerte le directeur adjoint.

Plus question de parler du réchauffement climatique au futur, "on y est déjà", précise-t-il. À l'échelle planétaire, le niveau de la mer s'est déjà élevé de "20 centimètres". D'ici 2050, il faudra s'attendre à "20 centimètres supplémentaires" et plus encore dans les décennies qui suivront. "Il faudra s'y adapter, réfléchir à l'aménagement du territoire, au retrait stratégique", anticipe Jean-Michel Soubeyroux.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !