single.php

La Chine dans le feu de l’actualité automobile

La Chine est dans le feu de l’actualité automobile avec les menaces de taxation jusqu’à 50% des automobiles “made in China” à leur arrivée en Europe.

La Chine est dans le feu de l’actualité automobile avec les menaces de taxation jusqu’à 50% des automobiles “made in China” à leur arrivée en Europe. Une taxation qui a été mise en place il y a quelques semaines aux USA puisque les véhicules chinois doivent désormais payer 100% de droits de douanes contre 25% auparavant. Doit-on avoir peur de la Chine et est-elle devenue un acteur incontournable sur la marché automobile mondial ?

La Chine est sous la menace de taxation. Maxime Picat, responsable des achats et de l'approvisionnement du groupe Stellantis était l'invité de Sud Radio dans les Vraies Voix Qui Font Rouler La France, il a confirmé que le groupe Stellantis "était contre ce type de taxe". Selon Maxime Picat, cela crée une protection artificielle par rapport à une concurrence.

Mais n'est-ce pas à l'Europe de faire des voitures plus compétitives ? Oui selon lui, notamment avec une meilleure technologie. Stellantis a confirmé qu'ils allaient ouvrir la porte de l'usine de Pologne pour fabriquer dans cette usine les voitures de Leapmotor, un nouveau partenariat avec le constructeur automobile chinois : mais qu'est ce type de voiture va apporter en plus aux Européens ? Selon Maxime Picat, "il y a une offensive évidente des Chinois, elle va être freiné par les taxation mais il suffit que les constructeurs s'installent en Europe pour que le problème soit réglé. Mais au lieu de dire que ça ne marchera jamais, avec Stellantis on s'est dit que c'était mieux d'aller voir de plus près et donc on à fait cet accord. Cela nous permet de comprendre pourquoi les véhicules chinois sont moins chers." La Chine réfléchit vite et le but du marché européen est d'essayer de se rapprocher du marché chinois.

Stellantis va t-il tenter de copier le marché chinois ?

Journaliste au Figaro, Valérie Collet était l'une des deux journalistes invités dans l'émission dans le face à la presse avec Maxime Picat, responsable des achats et de l'approvisionnement du groupe Stellantis. Elle s'est demandée si Stellantis va tenter de copier le marché chinois ? Pour Maxime Picat "pourquoi inverser ?" Dans le passé, les constructeurs occidentaux sont venus en Chine et craignaient que les Chinois s'approprient le thermique mais ça n'a pas été le cas :"tous les acteurs chinois qui sont en face de nous, ne sont pas les Chinois avec lesquelles les occidentaux ont fait des co-entreprises. preuve que cette voie n'a pas totalement été couronnée de succès."

Pour rappel, avec le 100% électrique à horizon 2035, les matières premières vont être plus que jamais un enjeu stratégique pour les constructeurs automobiles et les équipementiers, en particulier pour la construction des batteries.

À lire également : La mobilité a-t-elle pesé dans le vote des français ? - (sudradio.fr)

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/