• Quand Macron reçoit 150 grands patrons à Versailles… en pleine crise des gilets jaunes

    Soumis par Lorraine Rdd le Lundi 21 janvier 2019 à 09:48
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    C’est un peu le grand écart pour Emmanuel Macron. Vendredi il a passé 7 heures à répondre aux maires occitans dans une salle municipale de Souillac, et aujourd’hui il reçoit 150 patrons du monde entier à Versailles.

     

    C’est le grand écart pour Emmanuel Macron au sens propre et au figuré. Après avoir parlé des ronds-points et des trains intercités aux maires normands ou occitans, il va s’adresser en anglais à 150 des plus grands patrons mondiaux. Et puis surtout après avoir tenté d’éteindre l’incendie qui couve dans la société française, il va expliquer à des gens très bien informés que la France est le pays où il faut investir. Alors que les images de chaque samedi de manifestation et de cassage sont retransmises depuis deux mois sur CNN comme sur Fox News... Autant dire qu’il va lui falloir beaucoup de force de conviction pour convaincre ces patrons d’investir dans un pays qui se cherche. Mais pourquoi avoir choisi de faire cet exercice maintenant, il aurait pu attendre la fin de la crise des Gilets Jaunes ?  

    Pour plusieurs raisons je pense. La première, c’est qu’il est empêché d’aller à Davos où il aurait croisé tous ces patrons. Donc ça lui permet de les voir. Personnellement j’aurais évité de choisir les dorures de Versailles pour faire ça, parce que cela montre sa déconnexion complète avec la France des ronds-Points. Ensuite, parce qu’Emmanuel Macron, s’il a pris en partie la mesure de la crise sociétale qui agite le pays, il continue de faire un déni. Et donc pour lui c’est important de recevoir les patrons mondiaux, comme s’il ne se passait rien de grave. Et de le faire à Versailles, le jour anniversaire de la mort de Louis XVI. Enfin parce que c’est son côté Jupiter qui n’est pas encore redescendu de l’Olympe, il est convaincu que lui seul peut faire cet exercice. Alors que Bruno Le Maire aurait très bien pu recevoir le patron de Microsoft, Lakshmi Mittal, fondateur du groupe Mittal ; Larry Culp, PDG de General Electric ou David Taylor, directeur général de la multinationale Procter & Gamble. Le problème, c’est que pour lui l’avenir, ce sont ces patrons qui incarnent la mondialisation. Alors que pendant ce temps-là, une grande partie des français ne veulent plus entendre parler de cette mondialisation... 

    FacebookTwitter
  • Pendant que la France creuse son déficit… Les caisses de l’Allemagne se remplissent !

    Soumis par Lorraine Rdd le Jeudi 17 janvier 2019 à 11:27
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Pendant que la France affiche un nouveau déficit budgétaire record, nos voisins allemands viennent d’enregistrer un excédent record …

    Oui l’Allemagne a dégagé l’année dernière de ses comptes publics un excédent record de 59 milliards d’euros, soit 25 milliards de plus qu’en 2017. Au même moment on apprenait que la France a vu son déficit atteindre 76 milliards d’euros, soit 8 milliards de plus que ce qui était prévu. Vous allez me dire et alors à quoi ça peut bien servir ? Et bien dans le cas de l’Allemagne ces presque 60 milliards d’euros permettent au Pays de se désendetter petit à petit, avant que les taux d’intérêt remontent.

    Alors qu’en France nos 44 déficits budgétaires consécutifs depuis 1974 s’accumulent et se transforment en une dette publique de 2300 milliards. Une dette qui va encore augmenter cette année puisqu’en 2019 nous devrions afficher 100 milliards de déficit budgétaire.

    Est-ce que cet écart avec l’Allemagne est gênant pour la France ? A priori comme ça, cela ne change rien à nos économies respectives et à la marche de nos entreprises. Mais l’Allemagne sait regarder loin alors que nos dirigeants français ont le nez dans le guidon ou dans la prochaine journée des gilets jaunes. Ce que fait l’Allemagne est très intelligent. Ils ont augmenté la TVA et réduit les dépenses publiques. Si bien que depuis 2014, l’état allemand est en excédent et rembourse sa dette. C’est très bien vu car ils savent que compte tenu de la faible natalité outre-Rhin il ne faut pas que le fardeau de la dette soit porté par moins de jeunes allemands.

    En France, nos naissances baissent aussi, mais nous continuons à augmenter la dette car nous sommes incapables de réduire la dépense publique

    Si bien que dans dix ans on aura une dette de 3000 milliards d’euros ou plus qui sera supportée par une population moins nombreuse et moins riche.

    Et tout cela ne risque pas de s’arranger à court terme puisque pendant les 6 H 30 de débat avec Emmanuel Macron, les maires normands ont demandé plus de services publics et donc plus de dépense publique.

     

    FacebookTwitter
  • Quelles conséquences du rejet de l’accord sur le Brexit par la Chambre des Communes ?

    Soumis par Lorraine Rdd le Mercredi 16 janvier 2019 à 11:34
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    La Chambre des Communes a rejeté hier soir le projet d’accord négocié avec Bruxelles sur le Brexit ? Est-ce que c’est grave ?

    D’abord ce qui est sûr, c’est que ce vote est sans surprise. Tant du côté des conservateurs que des travaillistes. Maintenant ça commence à se compliquer pour la Grande-Bretagne, mais aussi pour l’Europe. Car la date du Brexit est fixée au 29 mars à 23 h.

    Alors d’ici là il y a quelques solutions de secours. Mais le refus de l’accord négocié avec Bruxelles est tellement fort Outre-Manche qu’on voit mal comment elles pourraient se mettre en place.

    La première solution, par exemple, c’est que Theresa May présente un nouvel accord dans les trois jours qui serait voté ou rejeté la semaine prochaine.

    Mais là encore personne ne songe un instant que même avec la meilleure volonté du monde, la semaine prochaine, les mêmes qui ont rejeté le vote d’un accord hier, l’approuveraient la semaine prochaine

    Tout cela nous amène donc directement à une impasse et au no deal ? Pas tout à fait : il y a la possibilité d’un report du Brexit permis par l’article 50 de l’Union Européenne. Mais pour cela il faut l’accord des 27 membres. Ce qui n’est pas gagné.Et de toute façon il faudrait que ce soit réglé avant les élections européennes. Il y a aussi la possibilité d’une démission de Theresa May après tant d’échecs. Forcément il faudrait accorder un nouveau délai pour son successeur afin qu’il trouve un Plan B. Et puis il y a toujours l’hypothèse d’un nouveau referendum, qui est réclamée par beaucoup de britanniques.

    Ce qui pourrait inverser le vote du 23 juin 2016 en faveur du Brexit. Mais le temps de l’organiser, il faudrait trouver de nouveaux délais. Donc tout n’est pas terminé entre les britanniques et l’Europe. Mais il faut bien reconnaître que l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui ne pousse pas beaucoup de monde à y rester coûte que coûte. Et c’est dommage !

    FacebookTwitter
  • Pourquoi 9 millions de Français vont recevoir aujourd’hui un virement du fisc ?

    Soumis par Lorraine Rdd le Mardi 15 janvier 2019 à 11:22
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Conséquence du prélèvement à la source, près de 9 millions de français reçoivent aujourd’hui un virement du fisc. Pourquoi donc ?

    Oui alors calmons nous, il ne faut pas croire que Bercy se mette à faire des cadeaux subitement aux contribuables.Il s’agit en fait d’une avance sur les crédits d’impôts que nos auditeurs bénéficient chaque année. Alors bien sûr cela ne concerne pas tout le monde. Il faut avoir employé un salarié à domicile, une garde d’enfants, ou bien fait des dons aux associations.

    Tout cela votre employeur l’ignore et ça ne figurera que sur votre déclaration que vous continuerez à faire chaque année. Donc de manière à ne pas pénaliser ce système qui est assez vertueux et qui offre des réductions d’impôts à ceux qui font des actions favorables à l’économie, l’état a décidé d’anticiper une partie de ces reversements. Il va donc redistribuer aujourd’hui 60 % du montant des réductions d’impôts touchées par les salariés ou les retraités l’an passé.

    C’est tout de même une bonne nouvelle ? Alors ce ne sont pas des sommes colossales. Mais en moyenne, on estime que cela devrait représenter 627 euros par foyer fiscal. Cette avance est donc versée par virement directement sur les comptes des 8,8 millions de foyers fiscaux français concernés quand le fisc a les coordonnées bancaires. Ceux qui ne sont pas mensualisés recevront donc une lettre chèque d’ici quelques jours au lieu d’un virement. Pour l’état, le montant total qui sera payé par le fisc avoisine les 5,5 milliards d'euros. Bien sûr ce n’est qu’une avance, donc le reste sera versé en septembre prochain. Et si en revanche vous n’aviez pas droit à cette somme car l’an passé vous n’aviez plus de nounou, et bien il faudra le rembourser en septembre. En tout cas, cela prouve que ce système du prélèvement à la source fonctionne comme prévu. Et qu’il n’y a pas pour l’instant de bug.

    FacebookTwitter
  • Le cours du pétrole repart à la hausse en 2019 !

    Soumis par Lorraine Rdd le Lundi 14 janvier 2019 à 11:09
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Au moment même où en France on ne parle plus du prix des carburants, le prix du pétrole s’envole à nouveau !

    Après avoir dégringolé à l’automne, les cours du baril de brent ont fortement remonté ces deux dernières semaines. Mercredi dernier, les cours sont même repassés au-dessus de la barre des 60 dollars. Soit une flambée de 20 % depuis la fin décembre ! On n’en parle pas et pourtant cette hausse de dix jours consécutifs n’a pas d’équivalent depuis 1988. Et ce n’est pas fini si l’on en croit : le ministre du pétrole des Emirats arabes unis qui a estimé samedi que les cours s’orientaient vers une moyenne de 70 dollars le baril de Brent cette année.

    Alors, me direz-vous, comment expliquer cette hausse soudaine ? Eh bien c’est la loi de l’offre et de la demande. D’un côté, les pays membres de l’OPEP et leur allié russe se sont mis d’accord en décembre 2018 pour réduire leur production. Mercredi, l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, est même allée plus loin en annonçant des réductions plus importantes que prévu pour les mois de janvier et de février. De l’autre côté la demande continue de croître à cause de la croissance économique mondiale. Une offre en baisse et une demande en hausse : d’où la hausse des prix. Je vous rappelle que plusieurs experts avaient pronostiqué pour cette année un prix du baril atteignant les 100 dollars

    Ça tombe mal au moment où le mouvement des gilets jaunes semble repartir de plus belle ! C’est vraiment pas de chance pour les automobilistes. Mais aussi pour le gouvernement qui n’entendait plus parler du prix des carburants. Mais en même temps le mouvement des gilets jaunes est devenu une crise sociétale, un mouvement de société. Et même dans le grand débat ou dans les cahiers de doléances des mairies, il n’est plus question des prix de l’essence. Et puis souvenez-vous, Emmanuel Macron a annoncé en novembre un système de taxe flottante qui baisseraient si les prix du baril s’envolaient. Donc ce n’est pas cela qui devrait remettre de l’huile sur le feu.

     

    FacebookTwitter
  • Dividendes records du CAC 40 pour l’année 2018

    Soumis par MSansano le Jeudi 10 janvier 2019 à 11:57
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Hier, nous avons appris que les entreprises du CAC 40 ont distribué en 2018 plus de 57 milliards d’euros à leurs actionnaires. Un montant record !

     

     Le chiffre est impressionnant. D’autant plus que ça représente 11 milliards de plus par rapport à l’année précédente. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que les entreprises du CAC 40 se portent bien et qu’elles en font donc profiter leurs actionnaires puisque les dividendes, c’est la part des bénéfices qui leur revient.

     

    C’est important pour les entreprises de soigner leurs actionnaires, car elles sont engagées dans une compétition mondiale. Et par ailleurs lorsqu’il y a un coup dur, ce sont les actionnaires qui cette fois-ci sont priés d’apporter de l’argent à ces sociétés. Il reste que la publication de ce montant tombe mal à un moment où l’on parle de pertes de pouvoir d’achat, de creusement des inégalités ou de cadeaux faits aux riches.

     

    Ça donne l’impression de revenir à une économie de rentiers ? C’est certain que pour une bonne part d’entre eux les actionnaires qui touchent ces dividendes s’enrichissent en dormant. Pour beaucoup ce sont aussi des fonds étrangers, puisqu’ils possèdent près de la moitié du CAC 40

     

    Mais c’est vrai que le principal cadeau fait aux grosses fortunes par Emmanuel Macron a été de diviser par deux l’impôt sur ces dividendes. Cela a représenté pour ceux que l’on appelle les riches, une économie bien supérieure à la disparition des 3,5 milliards d’euros d’ISF. Et puis il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Beaucoup de Français modestes touchent des dividendes grâce à l’actionnariat salarié. Et d’autres, en prévision de leur retraite se sont constitués des portefeuilles d’actions, qui leur procurent des dividendes.

     

    En conclusion, ce n’est pas une bonne nouvelle pour le gouvernement que ce chiffre tombe en ce moment et qu’il soit aussi important. Mais c’est une bonne nouvelle pour l’économie française, pour les fleurons du CAC 40 et pour les actionnaires français quel que soit la taille de leur portefeuille. 

    FacebookTwitter
  • Pourquoi l’immobilier continue de grimper ?

    Soumis par MSansano le Mercredi 9 janvier 2019 à 12:15
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Une fois encore le marché immobilier a fait des étincelles en 2018, au point de se demander jusqu’à quand ça va durer ?

    On n’a pas encore toutes les statistiques, notamment celles des notaires. Mais nous savons déjà que le niveau de transactions est resté à un niveau record de près de 2,2 millions d’opérations en 2018. 
    Si l’on s’en tient au réseau Century 21 qui réalise 40.000 ventes par an, les prix ont augmenté de 1,1 % pour les appartements et de 3,5 % pour les maisons. Cet appétit pour l’immobilier se justifie par les craintes sur la retraite, l’aspect refuge de la pierre et des taux immobiliers très bas de 1,44 %. 

     

    C e qui est intéressant et tout à fait nouveau, c’est que désormais la moitié des acheteurs ont moins de 40 ans. Ils ont naturellement recours au crédit. L’an passé la totalité des prêts immobiliers distribués a représenté un cumul de 165 milliards d’euros.

     

    Concernant l'avis des experts pour 2019. Dans les agences immobilières le taux d’activité est élevé en ce début d’année malgré les gilets jaunes. Si l’économie française patine et que la hausse des prix reste faible, il n’y a pas de raison que les taux d’intérêts remontent et dans ce cas les transactions vont se poursuivre. Ne serait-ce que parce que les acheteurs bailleurs empruntent à 1,5 % et louent avec un taux de rendement de 3 à 4 %.  A cela s’ajoute le retour de pas mal de français qui étaient expatriés en Grande-Bretagne et qui sont inquiets des suites du Brexit.

     

    Mais le gros problème de l’immobilier qui fait monter les prix, c’est qu’il n’y a toujours pas d’offre. Il manque 400.000 logements par an en France. Et Emmanuel Macron n’a rien changé à cette situation, alors qu’il y a des réserves foncières en région parisienne comme en Province. Il est donc fort probable que dans un an je vous dresserai le même constat d’un marché haussier et actif car la Pierre fascine quoi qu’il arrive. 

     

     

    FacebookTwitter
  • L’état fédéral américain à l’arrêt à cause d’un blocage budgétaire au Congrès

    Soumis par MSansano le Mardi 8 janvier 2019 à 11:45
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Cela fait plus de deux semaines que l’état fédéral américain est à l’arrêt à cause d’un blocage budgétaire au Congrès.
    Quelles sont les conséquences pour la première économie du monde ?

    C’est une procédure très américaine qui veut que lorsque le Congrès s’oppose au budget décidé par la Maison Blanche, on met à l’arrêt l’état fédéral. Alors l’économie continue de tourner, les entreprises font comme si de rien était. Mais les fonctionnaires ne sont plus payés.

    Cette fois-ci c’est la question des 5 milliards réclamés par Donald Trump pour construire le mur anti-migrants qui a entraîné ce blocage qui dure depuis maintenant 17 jours. 17 jours d’un état fédéral complètement à l’arrêt c’est quelque chose que l’on n’a pas vu depuis six ans avec les débats sur l’Obamacare. Et naturellement, là, il faut s’attendre au pire car Donald Trump a prévenu qu'il était prêt à voir la situation durer « des mois voire des années » pour obtenir gain de cause.

     

    Même si l’état est beaucoup moins présent aux Etats-Unis que dans notre économie, il y a des fonctionnaires qui ne travaillent plus à l’entrée des ports, aux douanes et tout cela ralentit l’économie.

     

    En 2013 le shutdown avait eu un coût estimé à 24 milliards de dollars. De même la croissance américaine avait été amputée de 0,2 point en 2013 par le blocage budgétaire d’alors.  On estime que 800.000 fonctionnaires ne peuvent pas travailler et ne sont pas payés à cause de ce shutdown.. En décembre dernier Standard & Poor’s avait estimé à 6,5 milliards de dollars et 0,2 point de croissance la perte pour chaque semaine de paralysie C’est dire si les Etats-Unis ne commencent pas l’année économique 2019 de la manière la plus encourageante.

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio