single.php

Métro et tramway fermés : les commerçants de Marseille en colère

Par Jean Baptiste Giraud

Après le métro, c'est au tour du tramway de Marseille d'être à l'arrêt. Une catastrophe pour les commerçants, notamment le soir.

Marseille
Métro et tramway sont à l'arrêt à Marseille.

Les commerçants du centre-ville de Marseille appellent à l’aide. Après la fermeture du métro le soir, s’ajoute désormais la fermeture du tramway. Il est stoppé au moins jusqu’au 15 avril prochain en raison d’un incendie criminel.

Marseille : des transports en commun à l'arrêt

"Nous sommes un ancien bar à bière qui essaie de se renouveler. La majeure partie de notre clientèle vient le soir, explique Éléa Josserand, responsable du Flashback café, rue de la République, proche du Vieux-Port. Avec l’arrêt des transports en commun, le métro et maintenant le tramway, nous constatons une vraie baisse de fréquentation à partir de 21h - 21h30, l’heure où la dernière rame de métro s’en va."

"Cela représente une énorme baisse de notre fréquentation et de notre chiffre d’affaires. Par rapport à la même période de l’année dernière, il peut baisser de 40, voire 50%. Le week-end aussi. La rue de la République a toujours été un peu spéciale. Il a toujours été un peu difficile pour les commerces de s’y implanter."

 

Des bus de substitution

"C’est compliqué de travailler si l’on nous met des bâtons dans les roues comme ça", confie Éléa Josserand, responsable du Flashback café  L’établissement risque-t-il de fermer ? "Nous n’en sommes pas encore là. Nous espérons vraiment marcher avec la saison touristique et les Jeux Olympiques qui vont arriver. Là, nous étions en période un peu creuse, mais nous n’avons pas de date de retour du métro. Il y a des bus de substitution, mais il faut sortir le soir pour savoir que personne n’a envie de prendre les bus de nuit. L’ambiance dans un tram ou dans le métro n’est pas la même."

"Nous ne comprenons pas comment cela va évoluer, on ne nous dit rien. Mais nos charges, notre masse salariale restent les mêmes, alors que notre chiffre d’affaires est en chute libre. La mairie de Marseille dit juste qu’elle n’était pas au courant et que c’était une décision unilatérale. Je vais contacter la ville de Marseille, la métropole, la CCI pour savoir s’ils envisagent de nous aider. Je ne dois pas être la seule dans cette situation."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
21H
20H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/