La France a enregistré en 2017 un déficit public plus faible que prévu, à 2,6% du produit intérieur brut (PIB), selon l'Insee.

Selon l'Insee (Institut nationale des statistiques et des études économiques), la France a enregistré en 2017 un déficit public plus faible que prévu, à 2,6% du produit intérieur brut (PIB). Initialement, les experts et autres observateurs s'attendaient à un déficit aux alentours des 2,9%, cela constitue donc une bonne surprise pour l'économie du pays, d'autant que pour la première fois depuis 2007 et le début de la crise financière des subprimes, la France redescend sous le fameux seuil des 3%, exigé par les traités européens.

Toutefois, l'Insee précise que cette la baisse du déficit n'a pas permis de faire reculer la dette publique, laquelle ne cesse de s'accumuler en raison de la situation des comptes publics. Ainsi, en fin d'année 2017, celle-ci a atteint 97% du PIB, contre 96,6% fin 2016. En valeur absolue, cette dette atteint désormais les 2 218 milliards d'euros, soit une augmentation de 66 milliards par rapport à 2016.

Le retour de la France dans les clous européens est une bonne nouvelle pour le gouvernement d'Édouard Philippe, qui avait fait de ce passage sous les 3% la raison d'être de sa politique budgétaire. "Je ne fais pas des 3% un totem, mais un symbole: celui de la crédibilité retrouvée auprès de nos partenaires européens", avait notamment expliqué à l'automne le ministre des Finances, Bruno Le Maire.

Pour rappel, la France était le dernier pays de l'Union européenne avec l'Espagne à être encore susceptible de subir les foudres de Bruxelles pour déficit excessif. Bercy ayant même bénéficié de deux rallonges en 2013 et 2015 afin d'atteindre cet objectif.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio