Des billets de train vendus dans les bureaux de tabac?

Les billets de train pourraient être demain vendus par des buralistes.
Félix Mathieu & Clément Bargain - Sud Radio

Pour enrayer la baisse de revenu des bureaux de tabac, le patron de la confédération des buralistes propose à la SNCF de vendre des billets de trains. Une bonne idée, selon le patron de la compagnie, Guillaume Pepy. Les deux hommes doivent se rencontrer ce mercredi matin pour en parler. Un accord qui pourrait s'avérer gagnant-gagnant: les buralistes vendent de moins en moins de cigarettes, et la SNCF veut fermer progressivement ses boutiques en dehors des gares. Les usagers ne sont pas forcément contre, bien au contraire.

Yvette ressort en furie d’une boutique SNCF: elle vient d’acheter ses billets de train pour Bordeaux. "Passer une heure et demi ici pour avoir deux billets, ça vaut pas la peine ! Ça devient infernal !".

"Les services de proximité font partie des devoirs des buralistes"

Les points de vente SNCF se raréfient, constate Nicole, 83 ans: c'est donc une bonne idée, selon elle, de permettre aux buralistes de vendre des billets de train.

"Ça serait formidable ! On avait les boutiques SNCF dans nos quartiers, c'était bien. Aujourd'hui tout est fermé. Mais les personnes âgées n'ont pas internet..."

Pour les buralistes, la vente des billets de train permettrait de diversifier l’activité, alors que le paquet de cigarette a augmenté de 50 centimes le 1er mars… Philippe tient un bureau de tabac:

"On vend de la téléphonie, du vapotage... Les services de proximité font partie des devoirs des buralistes. Nous, on est ouvert quasiment sept jours sur sept, de 7h du matin à 21h. Une boutique SNCF n'a pas ces horaires là !"

"Réduire l'emploi pour faire des économies à tout prix"

Mais du côté du personnel de la SNCF, ça grince des dents. Roger Dillenseger, secrétaire-général d’UNSA ferroviaire, dénonce une course au profit.

"Les cheminots sont formés à la vente de ces billets, parce qu'il y a des dizaines de tarifs, d'horaires, de trains... Force est de constater que la SNCF cherche à réduire ses coûts au maximum: les économies à tout prix vont se traduire par de la réduction d'emploi".


La confédération des buralistes assure qu’elle ne veut pas concurrencer les guichetiers, mais seulement compléter l’offre de la SNCF.

Reportage Sud Radio de Clément Bargain.

Les rubriques Sudradio