single.php

Agriculteurs en colère : "On va transformer le mouvement"

Par Jean Baptiste Giraud

Après la troisième vague d’annonces faite par le Premier ministre, le mouvement des agriculteurs est appelé à changer de forme.

agriculteurs
Des agriculteurs se tiennent sur un tracteur en face du bâtiment de Rennes Métropole, le 1er février 2024 à Rennes (Sebastien SALOM-GOMIS - AFP)

Les Jeunes Agriculteurs, comme la FNSEA, appellent "à suspendre les blocages" : est-ce une victoire du gouvernement ? Le mouvement va-t-il se transformer avec une autre forme de mobilisation ?

"Il est temps de rentrer dans nos fermes"

"Après quinze jours de mobilisation très forte d’un peu plus de 40.000 agriculteurs, dans le calme et le respect des biens et des personnes, on a eu une troisième vague d’annonces par le Premier Ministre, explique Maxime Buizard, administrateur national des Jeunes Agriculteurs. On va en effet transformer le mouvement, pour le moment le gouvernement ayant fait beaucoup d’efforts. Pour les agriculteurs, il est temps de libérer l’espace public et de rentrer dans nos fermes."

Globalement, c’est une annonce de 400 millions d’euros qui a été débloquée. "Nous allons changer de mode d’action. Dès lundi prochain, nous aurons rendez-vous dans les ministères et dans les préfectures pour décliner en mesures concrètes les annonces faites par le Premier Ministre."

 

 

Agriculteurs : de fortes attentes

Les annonces faites sont-elles suffisantes ? "On sent que le gouvernement a pris conscience du malaise et de la grande détresse du monde agricole, résume Maxime Buizard. Les annonces sont au rendez-vous. Il nous faut le temps de tout bien décrypter. Au-delà des mesures chiffrées, il y a une très forte attente au sujet des mesures de simplification et d’accompagnement."

Emmanuel Macron n’aura-t-il pas plus de mal à obtenir des avancées au niveau européen, depuis Bruxelles ? "On sait que la boutique européenne est beaucoup plus longue à faire tourner. La Politique Agricole Commune a pris deux ans de retard par rapport au planning initial. À partir du moment où la France prend position sur les questions agricoles, on sait que l’Europe va suivre. Malheureusement, cela demande du temps. L’échéance est la mise en place du prochain parlement européen."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
16H
15H
14H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/