Invité de Territoires d’Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle, a plaidé, mercredi, pour une "nouvelle Europe" et mis en garde contre un "tsunami financier" dans les prochaines années

"Il faut sortir de l’Euro et créer un choc comme de Gaulle avait fait la politique de la chaise vide", a déclaré Jacques Cheminade, invité mercredi de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio. Le candidat à l’élection présidentielle dresse un bilan très sévère de l’Union européenne qualifiée "d’Europe de faux-monnayeurs" qui émet de la "fausse monnaie pour faire durer un système financier et bancaire moribond". "L’Europe est en train de s’autodétruire. Il faut substituer autre chose. Et cet autre chose c’est une politique de grands projets pour l’Europe", a affirmé le candidat. Il plaide notamment pour "une agence du numérique et un marché unique du numérique" mais aussi pour une augmentation des budgets alloués au programme Erasmus.

Jacques Cheminade rejette l'étiquette de "candidat farfelu"

Jacques Cheminade a aussi tiré le signal d’alarme sur un futur "tsunami financier". "Tous les ingrédients sont là et aucun spécialiste ne se risque à dire que le danger est derrière nous", a assuré le candidat qui appelle de ses vœux une réforme au niveau mondial du système bancaire et financier. Jacques Cheminade souhaite ainsi "séparer les banques de dépôts de crédits d’une part et celles qui investissent sur les marchés financiers de l’autre", une mesure déjà prise en parti sous le quinquennat de François Hollande mais qualifiée de "fausse réforme" par Jacques Cheminade. "On émet de l’argent sans favoriser la création et le développement, explique-t-il, il faut un système qui remette l’argent à la croissance, au développement futur et ne laisse pas cet argent aller dans une sorte de gouffre financier où on spécule et où l’argent ne va pas à la production réelle, ni aux infrastructures".
 
Si ces deux mesures - sortie de l’Union européenne et  réforme du système financier et bancaire - doivent permettre à terme de recréer de l’emploi, Jacques Cheminade a également exposé des mesures plus ciblés, notamment en faveur des petites et moyennes entreprises. À côté d’une grande conférence sur l’emploi, le candidat propose de supprimer les charges pour toute nouvelle embauche dans les entreprises de moins de dix salariés. Dans les entreprises jusqu’à cinquante salariés, "il faut qu’on puisse déduire (de ses charges), si elle emploie un chômeur, ce que coûte un chômeur", a ajouté le candidat.
 
Mais derrière toutes ses mesures, Jacques Cheminade reste souvent comme le candidat qui veut envoyer des robots sur Mars. "J’ai peur que les journalistes, comme ils l’ont fait en 2012, séparent les choses et essayent de me faire passer pour un farfelu". Pourtant, si le candidat aborde ces thématiques autour de l’exploration spatiale et plus généralement des avancées technologiques, c’est "pour aller de l’avant", dit-il. Le candidat prend ainsi l’exemple de la Chine qui part à la conquête de la Lune pour exploiter de l’hélium-3 nécessaire à la fusion thermo-nucléaire, une potentielle source d’énergie propre. "Nous ne devons pas nous laisser dépasser, nous devons aussi participer à cette aventure".  

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio