single.php

Réforme des retraites : le 49.3, "ce n’est certainement pas la meilleure méthode"

Par Jean Baptiste Giraud

La réforme des retraites va être votée jeudi 16 mars 2023, à moins que l'exécutif n'utilise le 49.3. Patrick Vignal était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 16 mars 2023 dans "Parlons Vrai chez Bourdin". 

"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.
"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : le vote sur le texte de la réforme des retraites aura lieu jeudi 16 mars 2023, dès 15h à l'Assemblée nationale. Mais le gouvernement est incertain de l'issue, et menace d'utiliser le 49.3 voire de dissoudre l'Assemblée nationale.

 

"Parlons Vrai chez Bourdin" : "Un 49.3 montrerait qu’on n’est pas allés au bout de cette réforme"

À l’Assemblée nationale, avant le vote qui reste très incertain, "c’est l’agitation" et "le stress", confirme Patrick Vignal, député Renaissance de l’Hérault. "C’est la vie politique française", estime-t-il. "Je trouve qu’on est quand même beaucoup dans le chacun pour soi et le sauve-qui-peut. J’espère qu’on va retrouver un petit peu de sens et un petit peu de calme dans cette Assemblée."

La question qui reste en suspens est celle du vote, alors que l’exécutif ne se prive pas du 49.3 qu’il peut déclencher jusqu’à 14h59. À 15h, les députés prendront le relais. "C’est l’inconnu", confirme le député. "Pour moi, personnellement, un 49.3 montrerait qu’on n’est pas allés au bout de cette réforme", juge-t-il.

Il tient à rappeler, toutefois, que l’utilisation de l’article 49.3 est "constitutionnelle". "Mais ce n’est certainement pas la meilleure méthode."

Le député Renaissance aurait espéré "faire avancer cette loi" avec la gauche et les écologistes. "Mais, il faut être honnête, La France Insoumise n’a pas voulu."

 

Réforme des retraites : "Il faut qu’il y ait vote"

Patrick Vignal, personnellement, souhaite qu’il y ait un vote. "Il faut qu’il y ait vote." Pour autant, il ne sait pas quand sera prise la décision. "C’est de l’arithmétique", estime-t-il alors que l’exécutif compte les voix favorables et contraires au texte. La question est : "est-ce qu’on a la majorité ?"

Le député de l’Hérault aimerait "désacraliser tout ça". Pour lui, si le vote échoue, il sera possible de préparer encore mieux la réforme "avec les Français". Il serait alors possible d’inverser "le paradigme". "Au lieu de parler financier, on parle de la relation au travail, de la qualité du travail."

En cas d’échec, "on ne perd pas grand chose", juge le député. Surtout qu’il déclare que tous les députés étaient conscients qu’il était "compliqué de dire aux Français : ‘vous allez travailler deux ans de plus’". "S’il faut retourner devant le peuple et expliquer ce que nous voulons faire, parce qu’elle est quand même indispensable, cela ne me dérange pas personnellement."

Le député de l’Hérault n’annonce toutefois pas s’il votera en faveur ou contre la réforme. "Je me suis engagé devant mon groupe que je ne m’exprimerai pas avant le vote." Mais le 49.3, s’il est déclenché, va "beaucoup" le déranger, affirme-t-il.

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
21H
19H
18H
17H
14H
13H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/