single.php

Pédiatrie : Témoignage d'un père d'une fille de 3 ans qui n'a pas pu être prise en charge

Par Mathys Melon

En pleine situation d'urgence pédiatrique, il est de plus en plus rare de trouver un professionnel de santé disponible près de chez soi. Un père d'une jeune fille de 3 ans témoigne sur Sud Radio : il est allé 2 fois aux urgences pédiatriques, à Marseille puis Aix, mais 2 fois, aucun médecin n'a pas pu prendre en charge sa fille.

Les services pédiatriques sont débordés - 20 Minutes

En pleine situation d'urgence pédiatrique, il est de plus en plus rare de trouver un professionnel de santé disponible près de chez soi. Un père d'une jeune fille de 3 ans témoigne sur Sud Radio : il est allé 2 fois aux urgences pédiatriques, à Marseille puis Aix, mais 2 fois, aucun médecin n'a pas pu prendre en charge sa fille.

Pour plusieurs milliers de soignants en pédiatrie, le plan annoncé par le ministre de la Santé, François Braun, pour mettre fin à la crise "est très insuffisant." Une délégation de soignants ira porter une lettre ouverte à Emmanuel Macron ce mercredi pour dénoncer le manque de moyens pour prendre en charge les jeunes patients, en pleine épidémie de bronchiolite.

"Des mesures politiques fortes, urgentes, structurelles et pérennes doivent être prises", alerte dans un communiqué le Collectif de pédiatrie, qui rassemble plus de 7 000 soignants en pédiatrie de toute la France. "Dix jours se sont écoulés depuis la lettre ouverte au Président de la République pour l’informer de la situation très critique des soins portés aux enfants malades" et "aucune réponse n'a été apportée par le chef de l'État", déplore le collectif.

Élément symptomatique de cette crise, un père de famille témoigne sur Sud Radio. Sébastien et sa jeune fille de 3 ans n'ont pas pu être pris en charge dans 2 centres d'urgences pédiatriques différents après un accident domestique. Il raconte sa mésaventure sur Sud Radio au micro de Jean-Jacques Bourdin dans l'émission Parlons Vrai sur Sud Radio.

"Il y a 2 mois, ma fille a fait une chute en tombant du lit sur le visage et [...] elle [...] s'est cassée les dents. On a appelé le SAMU qui nous a redirigés vers l'hôpital Nord de Marseille car c'était potentiellement un des seuls services où il y avait [...] quelqu'un qui pouvait intervenir au niveau de la bouche"

"On y est allé à 9 heures du soir en semaine, [...] on a été traité plutôt rapidement [...] mais en fait on avait une externe et une infirmière au départ et on a fini par voir un interne qui gérait à eux tout seuls les urgences"

"On est quand même aller chercher un spécialiste parce que ma femme est médecin [...] du travail mais [...] quand on a vu l'externe arrivé, elle en savait plus qu'elle"

"15 jours plus tard, la petite retombe [...] sur la figure [...]. On décide d'aller à l'hôpital d'Aix-en-Provence [...]. Il n'y avait pas de service pédiatrique, c'était un service d'urgences pour tout le monde et là clairement, il n'y avait aucun médecin [...] aux urgences. C'était pas un fait anodin, c'est comme ça, ils ont plus assez de personnel pour bosser"

Le cas de Sébastien illustre parfaitement le problème des services pédiatriques dans les hôpitaux français. Heureusement, aujourd'hui la fille de Sébastien va mieux, elle a pu être prise en charge mais, à l'avenir, Sébastien sera forcément plus vigilant car il se dit "très très inquiet" d'une éventuelle future prise en charge de sa jeune fille de 3 ans.

L'intégralité de l'entretien est à retrouver sur l'application Sud Radio, le site internet ou encore la chaîne YouTube.

Retrouvez Parlons Vrai chez Bourdin du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio.

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/