single.php

Parlons Vrai chez Bourdin - FFR "il y a toujours une prise en otage de la démocratie"

Démission de BErnard Laporte de la présidence de la FFR. Philippe Spanghero était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 27 janvier 2023 dans "Parlons Vrai chez Bourdin". 

ffr, spanghero, laporte
"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : Coup de tonnerre à la Fédération Française de Rugby. Après la démission de Bernard Laporte de président de la FFR, le comité directeur reste en place. Et l'opposition claque la porte.

"Parlons Vrai chez Bourdin" - FFR : "Tout le monde s’attendait à ce qu’aujourd’hui le comité directeur démissionne"

Le président de la Fédération Française de Rugby (FFR), Bernard Laporte, a démissionné le 27 janvier 2023. à Marcoussis, où se trouve le siège de la FFR, Antoine Mazière, correspondant spécial de Sud Radio, explique que "c’est un véritable rebondissement". "On ne s’attendait pas vraiment à une issue comme ça", expliquant que la démission du président a été une surprise. Y compris pour la ministre des Sports qui "l’a appris en venant ici".

"On ne s’y attendait pas parce que Bernard Laporte n’a pas vraiment l’habitude de démissionner, c’est quelqu’un qui s’accroche." Mais le désormais ex-président de la FFR a été condamné en premier instance pour corruption, et s’est retrouvé le dos au mur. "Son équipe, elle, elle va s’accrocher", précise Antoine Mazière.

La réunion qui s’est tenue le 27 janvier 2023 est en outre "exceptionnelle parce que [la veille] les clubs avaient voté ‘non’ à la succession de Patrick Buisson pour remplacer Bernard Laporte", explique le correspondant de Sud Radio. Le comité directeur de la FFR avait deux possibilités : un président par intérim nommé au sein du comité directeur et qui aurait été en poste jusqu’en juin 2023 ; ou l’option soutenue par la ministre des Sports, à savoir une démission de l’ensemble du comité directeur dès le 27 janvier 2023. "Tout le monde s’attendait à ce qu’aujourd’hui le comité directeur démissionne" et que de nouvelles élections aient lieu.

Or, ce n’est pas ce qui est arrivé : "le comité directeur n’a pas écouté les revendications d’Amélie Oudéa-Castéra". Elle était néanmoins là uniquement en tant que conseil. Et, face à cette décision, "les sept membres d’Ovale ensemble", l’opposition au clan Laporte, "ont démissionné".

 

"Il y a toujours une prise en otage de la démocratie" dans la Fédération Française de Rugby

Philippe Spanghero, consultant Sud Radio et membre d’Ovale ensemble, confirme. "Je viens d’avoir à l’instant les membres de notre groupe au téléphone pour m’annoncer qu’ils allaient démissionner." Toutefois, la réunion est toujours en cours et devrait durer toute la matinée. "Moi je suis très fier de la décision d’Ovale ensemble qui est allé au bout de ses idées en montrant son désaccord."

"Aujourd’hui, le rugby est fracturé, et ce n’est pas dû qu’à la personne de Bernard Laporte", déplore Philippe Spanghero. Il juge qu’il y a une responsabilité collective" et ce, depuis plusieurs années, que le comité directeur aurait dû admettre. Si "Bernard Laporte a pris ses responsabilités" en démissionnant, "on le laisse seul au milieu du guet parce qu’il y a une responsabilité collective de son comité directeur". "Cette posture de tenir comme ça et de ne pas redonner la parole aux clubs pour une élection démocratique générale montre qu’il y a toujours une prise en otage de la démocratie dans cette fédération."

 

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/