single.php

À Tel-Aviv, le périlleux exercice d’équilibriste de Donald Trump

Par Benjamin Jeanjean

Poursuivant sa série de déplacements officiels à l’étranger, Donald Trump a été accueilli à Tel-Aviv par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Thumbnail

Après une première étape en Arabie Saoudite, Donald Trump poursuit ce lundi en Israël sa série de voyages à l’étranger. Un déplacement très attendu au vu des prises de position pro-israéliennes affichées par le président lors de sa campagne et des tensions très fortes entre Benyamin Netanyahou et Barack Obama, le précédent locataire de la Maison Blanche. Mais entre soutien réaffirmé à Israël et volonté de préserver l’espoir dans le processus de paix, le président américain a dû se livrer à un périlleux exercice d’équilibriste.

"Réaffirmer les liens indestructibles entre les États-Unis et Israël"

Ainsi, dès la descente de son avion Air Force One, Donald Trump s’est livré à une brève allocution visant à rassurant son hôte israélien. "Je suis venu sur cette terre ancienne et sacrée pour réaffirmer les liens indestructibles entre les États-Unis et l'État d'Israël", a-t-il déclaré. Mais il a également pris soin de parler très rapidement d’entente mutuelle et de paix régionale. "Nous avons devant nous une rare opportunité d'apporter la sécurité, la stabilité et la paix dans cette région. Mais nous ne pouvons y arriver qu'en travaillant ensemble. Il n'y a pas d'autre solution", a-t-il averti.

Trump fait pression pour faire adopter des mesures pro-palestiniennes...

Une forme de mise en garde envers Israël qui fait écho aux mesures annoncées dimanche soir par le gouvernement israélien, mesures censées améliorer la vie quotidienne des Palestiniens et visiblement adoptées à la demande de Donald Trump. Le gouvernement israélien a ainsi adopté hier soir une série de mesures destinées à faciliter la vie des Palestiniens. Des mesures prises "à la demande du président américain Donald Trump, qui arrive en Israël demain, en guise de mesures visant à instaurer la confiance", indiquait un responsable israélien dimanche soir. Concrètement, Israël a décidé d'allonger graduellement les heures d'ouverture du passage dit d'Allenby (ou pont du roi Hussein), point de transit important pour les Palestiniens entre la Cisjordanie et la Jordanie, pour à terme maintenir le passage ouvert 24H/24 sept jours sur sept. Tel-Aviv a aussi approuvé l'expansion du point de passage entre la Cisjordanie et Israël proche de Tulkarem, et a également pris des dispositions touchant à l'usage de la terre.

… mais se fait sèchement recadrer par le Hamas

Mais ces gestes ne masquent pas l’ampleur de la tâche qui attend Donald Trump s’il veut relancer le processus de paix israélo-palestinien. En effet, le Hamas s’est insurgé cette nuit contre les récents propos tenus à son encontre par le président américain. "Le vrai tribut payé à l’État Islamique (...), à al-Qaida, au Hezbollah, au Hamas et à tant d'autres ne se calcule pas en nombre de morts, il se calcule aussi en générations de rêves évanouis", avait-il déclaré dimanche dans un discours à Riyad. Refusant d'être assimilé à une organisation "terroriste", le Hamas estime que ces propos "visent à souiller la réputation de la résistance palestinienne", a affirmé Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas dans la bande de Gaza. De son côté, Mouchir al-Masri, haut responsable du Hamas, a accusé Donald Trump de "s'aligner sur les politiques de l'occupant".

(Avec AFP)

L'info en continu
08H
07H
06H
23H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/