L'éditeur de Valeurs Actuelles porte plainte pour détournement de fonds

Yves de Kerdrel, directeur général de Valeurs Actuelles ©AFP

Le groupe Valmonde, éditeur de l'hebdomadaire conservateur, a déposé une plainte pour détournement de fonds, réalisé grâce à un vaste système de surfacturation, auquel aurait participé son secrétaire général et directeur de la diffusion.

Début octobre, le directeur général de Valeurs Actuelles, Yves de Kerdrel, réunit la rédaction du magazine. C'est à cette occasion qu'il a annoncé à ses collaborateurs que le groupe Valmonde, éditeur de l'hebdomadaire, a été "victime d'un système massif de détournement de fonds, qui perdurait depuis 2002".

Le 9 octobre, le groupe a ainsi déposé plainte auprès du parquet de Paris pour abus de confiance, escroquerie, faux, usage de faux, complicité et recel de ces délits. Un vaste système de surfacturation aurait été mis en place, profitant au secrétaire général en charge de la diffusion et à une personne extérieure au journal conservateur.

Le parquet doit décider de l'ouverture ou non d'une enquête. Pour les journalistes, c'est la surprise qui prédomine : "Un million d'euros pendant 15 ans, c'est impossible à dissimuler pour un journal de notre taille !"

Selon les informations publiées par le site lelanceur.fr, ce sont bien 15 millions d'euros qui se seraient envolés, via "tout un système sophistiqué de sociétés écrans".

De Serge Dassault au franco-libanais Iskandar Safa, en passant Pierre Fabre et Pierre-Yves Revol, jusqu'au duo en place actuellement Charles Villeneuve - Étienne Mougeotte, aucun de ces dirigeants n'a décelé le pot-aux-roses. "Une fable difficile à avaler" pour l'un des journalistes de Valeurs Actuelles, qui a requis l'anonymat. Et ajoute : "Du coup, on a des doutes sur la réalité du nombre d'abonnés, des ventes en kiosque et, plus largement, sur la sincérité des comptes depuis quinze ans. Et si tout était faux ?"

Retrouvez l'enquête "À Valeurs Actuelles, retraits éternels", signée Maroun Zainoun, publiée sur le site internet Lelanceur.fr

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Oster
- Jeudi 22 février 2018 à 12:05
Ils s'étonnent et même portent plainte alors que les options qu'ils défendent sont exactement celles qui ont été utilisées par les escrocs ! Ils prennent par ruse ce qui n'est pas assez protégé. C'est la loi de la jungle , La loi du plus fort, du plus "culotté ", du plus intelligent, du plus ... Et tant pis pour les "moins"!

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio