Gérard Carreyrou : "La France entière s’est mise à l’unisson du journal de Jean-Pierre Pernaut"

Gérard Carreyrou, ancien journaliste au service politique puis directeur de l’information de TF1, était l'invité de Sud Radio le 3 mars 2022 dans "Le 10h - midi".

Jean-Pierre Pernaut
Invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio, Gérard Carreyrou rendait hommage à Jean-Pierre Pernaut. © AFP

Jean-Pierre Pernaut est décédé le 2 mars 2022. Son ancien patron, Gérard Carreyrou, a évoqué pour "Le 10h - midi" l'homme qu'il a été, ainsi que son importance pour TF1, voire le paysage télévisuel français tout entier.

 

"Jean-Pierre Pernaut était un garçon droit, il nous disait les choses comme il les voyait", se souvient Gérard Carreyrou

"J’ai été extrêmement triste, j’ai été envahi par cette tristesse, j’ai passé 20 ans à TF1 avec Pernaut. J’étais d’abord chef du service politique, puis je suis devenu son patron. Un patron à la radio, à la télé, ce n’est pas comme un patron dans la sidérurgie : on avait quand même des rapports de copains. C’était un garçon droit, il nous disait les choses comme il les voyait", a rendu son hommage Gérard Carreyrou.

"Jean-Pierre Pernaut avait été nommé pour faire quelque chose de différent. TF1 avait été privatisé, les dirigeants de TF1 du groupe Bouygues voulaient faire une chaîne totalement différente, proche des gens. Et ils ont eu l’intelligence de choisir Pernaut. Au service politique, que je dirigeais, il y avait 19 journalistes de gauche. La seule chose était à savoir s’ils étaient tendance Fabius, tendance Jospin ou tendance Rocard. Le changement était à l’ordre du jour, et Pernaut a été un homme extraordinaire", a raconté Gérard Carreyrou.

"Le 13 heures de TF1 avait le plus beau réseau de correspondants dans toute la France"

"Jean-Pierre Pernaut a voulu que ce soit la télévision des Français. C’est lui qui a eu cette idée, il a dit : 'pourquoi ne ferait-on pas un accord avec l’ensemble des journalistes des grands journaux de la presse quotidienne régionale, comme ça on va pouvoir utiliser les services de tous ces correspondants de ces journaux ?'. Et ça a marché. Comme ça il a eu le plus beau réseau de correspondants dans toute la France. Et quand il se passait la moindre petite chose dans le moindre village, on avait la primeur dans le journal de Jean-Pierre Pernaut. Et puis, cela s’est propagé dans l’ensemble de la chaîne : les gens ont commencé à dire : 'tiens, PPDA a commencé à faire du Pernaut'. Et plus tard Claire Chazal. La France entière s’est mise à l’unisson de son journal.

C’était un homme qui aimait la France entière. C’était un homme de droite, mais un conservateur éclairé. L’intelligentsia ne l’aimait pas d’ailleurs, vous savez, ce peuple d’en-haut regarde toujours avec mépris le peuple d’en-bas", a poursuivi Gérard Carreyrou.

 

À lire aussi:

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.