Fred Chesneau : "Je suis Grec de cœur"

Le restaurateur Fred Chesneau était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 12 mai 2022 dans "Le 10h - midi".

Fred Chesneau
Fred Chesneau, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Le 12 mai 2022 à 22h36, Canal+ diffuse "Les nouveaux explorateurs : Les Terroirs de Fred Chesneau", une série documentaire de quatre épisodes dont la mission est de mettre en lumière le travail des "façonneurs de nos assiettes", comme il les appelle. À la découverte des terroirs, ce soir, direction le Pays basque.

 

Fred Chesneau : "Je suis assez touché par la passion, l’envie, la ferveur qu’ils ont à travailler leurs produits"

Fred Chesneau a tout d’abord expliqué comment l’idée lui est venue de faire cette série documentaire. "L’idée était de mettre en valeur les hommes et les femmes qui ont pour mission de nous nourrir. Je remarque qu’on ne met jamais en lumière ces gens-là. Et moi, je suis assez touché par la passion, l’envie, la ferveur qu’ils ont à travailler leurs produits. Ce sont les amoureux du beau, du bon, du beau produit. Et moi, j’ai envie de mettre ça au goût du jour et leur laisser la parole et surtout véhiculer un message d’espoir. J’ai exploré le Pays basque et l’Auvergne, plus tard, ce sera la Bretagne et l’Alsace. Je m’aperçois qu’il y a beaucoup de jeunes. Il y a aussi des reconversions. À partir du moment où on a des envies, des passions, qu’on est amoureux du terroir de nos régions, on se dit : 'on y va'. Alors même que certains sont catastrophistes, je vois ces gens qui ont une patate d’enfer, qui bossent comme des chiens, mais avec amour. Et je me suis dit : 'il faut absolument qu’on en parle'."

Comme le raconte Fred Chesneau, après la multitude d’émissions de télévision où les restaurateurs sont dénigrés, maintenant ils sont devenus méfiants des caméras. "Je me suis rendu compte qu’il y a plein d’émissions où c’est border, les gens se disent : 'mais qu’est-ce qu’il me veut' ? Ils ont peur qu’on soulève le tapis. Donc, je suis obligé d’aller vers eux et leur expliquer ma démarche, qui est tout simplement de montrer leur métier et la façon dont ils abordent les choses. Pour cela, il faut du temps. Il faut y aller en amont, il faut sillonner. Et puis, on fait le tournage. C’est super parce qu’il y a déjà une connivence, une bienveillance."

 

"Accueillir des convives, c’est vraiment une fête, un moment de partage"

"Cela fait 25 ans que je viens en Grèce, je suis Grec de cœur. J’ai attendu mes 50 balais pour ouvrir mon premier restaurant. Et je me suis dit : 'il n’y a qu’un endroit où je veux l’ouvrir, c’est en Grèce'. En Grèce, c’est comme en France à la montagne : ça ouvre quatre mois par an. C’est vraiment une fête, un moment de partage. Et puis, c’est l’occasion pour moi de restituer tout ce que j’ai pu goûter à travers le monde. J’essaie de faire voyager les papilles de mes invités. Vous me disiez: 'pourquoi vous n’avez pas ouvert de restaurant en France ?'. Si, à Paris, j’ai ouvert son petit frère, ça s’appelle STOU FRED. Mais là il est fermé, je ne peux pas être à la fois au four et au moulin, comme on dit. Mais il va ouvrir dès que j’aurai bouclé ma saison ici, donc plutôt fin octobre.

Comment Fred Chesneau, explique-t-il sa longévité à la télé ? "Faire de la télé, ce n’est pas mon premier métier. Je suis prof de cuisine, je suis restaurateur. La télé, j’en fais avant tout par amour et par envie. Et je sais que le jour où je n’aurai plus envie, j’arrêterai. Mais du moment que je me fais plaisir, je pense que le téléspectateur lui aussi se fait plaisir."


À lire aussi:

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert