Fabrice Drouelle : "Je ne suis pas là pour faire mieux que les autres, mais pour faire différemment"

L'animateur Fabrice Drouelle était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 15 octobre dans "Le 10h - midi".

Fabrice Drouelle
L'animateur Fabrice Drouelle, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Pour la première fois, France Télévisions, France Inter et l’INA s’associent pour coproduire et porter sur France 2 un nouveau magazine : "Affaires sensibles", l’adaptation télévisée de l’émission de France Inter, dont les podcasts connaissent un record d'écoute. Présenté par Fabrice Drouelle et diffusé une fois par mois, ce nouveau rendez-vous d’information se consacrera dans un premier temps aux affaires d’État et aux grands scandales politico-financiers de la Ve République.

 

Fabrice Drouelle : "L'éclectisme a toujours été l'une des marques d'Affaires sensibles"

Au programme des prochains épisodes de l'émission "Affaires sensibles" à 22h45 sur France 2, "Affaire Alstom : une guerre secrète à 12 milliards d’euros" lundi 25 octobre et "Tcherno-Blaye : le scénario d’un Tchernobyl français ?" lundi 1er novembre. Depuis sa création, l'émission de France Inter a évolué. "On a marqué notre territoire immédiatement, explique Fabrice Drouelle. La première émission d'Affaires sensibles qui remonte à fin août 2014, était consacré au détournement de l'Airbus Paris-Alger, une très grosse affaire. Dès le lendemain, on a raconté l'histoire Gary Ajar. On est passé au culturel dès le lendemain : on a voulu marquer cet éclectisme, qui a toujours été l'une des marques d'Affaires sensibles, jusqu'à aujourd'hui. Le fait divers ne représente que 15% de notre programmation, assure-t-il. On passe par des sujets culturels, économiques, sociétaux, sociaux, tout y passe !"

Comment s'explique le succès, en plus de la voix et les talents de narrateur de l'animateur ? "Il y a une part d'irrationnel quand une émission s'installe sur une grande chaîne de radio, estime Fabrice Drouelle. À partir d'une idée relativement simple : raconter des histoires à la radio, qui est le support de la tradition orale. Il s'est passé quelque chose, qui est du domaine un peu de l'inexplicable, mais on a réussi à créer une ambiance, une atmosphère et peut-être même un univers qui finit par faire signature et qui est devenu un label", ajoute-t-il.

 

"France Inter et France Télévisions ont eu envie de monter un projet ensemble et 'Affaires sensibles' était le sujet idéal"

"Dès le début de l'émission radio, plusieurs producteurs sont venus, parmi les meilleurs, explique Fabrice Drouelle. Si le diffuseur décide qu'on met un projet à l'antenne, il est à l'antenne, mais tant que le diffuseur ne le décide pas, vous avez beau avoir les meilleurs producteurs, vous n'aurez pas de débouché ! Ça s'est fait parce que France Inter et France Télévisions ont eu envie de monter un projet ensemble et 'Affaires sensibles' était le sujet idéal. Ça rejoignait deux lignes éditoriales qui se ressemblent pour des documentaires, qui viennent de la radio et qui se transforment en télé. C'était quelque chose d'assez naturel, c'est une passerelle entre deux grands territoires de service public et c'était le moment de le faire".

L'animateur tient à préciser qu'il "n'a pas cherché à avoir un ton télé pour les commentaires off pendant 45 minutes, j'ai gardé le ton radio. C'est le phrasé qui est le mien lors de mes narrations. Quand je raconte une histoire, j'ai essayé, très modestement, d'abolir la distance classique d'un journaliste avec son sujet, pour entrer dans la psychologie des personnages de l'histoire que je raconte. J'entre dans l'histoire, ça fait forcément plus un ton de comédien. Je ne suis pas là pour faire mieux que les autres, mais pour faire différemment. Mon ambition ne va pas au-delà".

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !