single.php

Bertrand Deckers : "Le recyclage, c'est le propre de l'écologiste qu'est Charles III"

Par Jean Baptiste Giraud

Bertrand Deckers, journaliste, écrivain, chroniqueur et animateur belge, était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 3 mai 2023 dans "Le 10h - midi".

Bertrand Deckers
Bertrand Deckers, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Le samedi 6 mai 2023, LCI, TF1, France 2 et M6 retransmettront tous en direct la cérémonie de couronnement de Charles III. Et en attendant, le vendredi 5 mai 2023 à 21h20, C8 diffusera le film de Bertrand Deckers "Buckingham : les princesses malheureuses".

 

Bertrand Deckers : "Charles III est incompris par la population, par le peuple, par Diana

Charles III risque-t-il d’être un roi mal aimé ? "Mal-aimé, non. Je dirais incompris par la population, par le peuple, par Diana. On se souvient, en 1997, au lendemain du décès de Diana, il devient presque l’homme à abattre. Le jour des funérailles il porte un gilet pare-balles, tellement les équipes de Buckingham craignent pour sa vie."

 


Ce couronnement se passera sous le signe du recyclage. "On va sortir ce carrosse incroyable de 1761, qui a servi pour la première fois pour le couronnement de Georges III. On sort de la Tour de Londres les éperons, les bracelets, les épées… Les trônes sur lesquels Charles III va prendre place ont été ceux qui ont été utilisés pour les couronnements de Georges VI, le grand-père de Charles III, et Elisabeth. Le manteau de cour avec lequel il va arriver et partir est le manteau de son grand-père, Georges VI. Alors que pour Elisabeth on avait fait réaliser de nouveaux manteaux. Le recyclage, c’est le propre de l’écologiste qu’est Charles III."

"Charles III n'a pas voulu ces coûts-là"

"L’abbaye de Westminster a été fermée depuis une semaine pour que la BBC accroche ses 200 caméras et que nous puissions tout voir. En 1953, l’abbaye de Westminster avait été fermée le 1er janvier, alors que le couronnement avait lieu le 2 juin, parce qu’il a fallu six mois de préparatifs pour monter les tribunes en bois qui devaient accueillir 6.000 invités. Et, à nouveau, Charles III n’a pas voulu ces coûts-là", a ajouté Bertrand Deckers.

 


Cette somptueuse cérémonie poussera-t-elle certains à contester à nouveau la royauté et les coûts qu’elle induit pour le contribuable ? "Vous savez, je suis Belge, je n’ai pas coupé la tête à mes rois. Nous sommes un petit peu moins revendicatifs. Mais ce que l’on peut dire, évidemment il va y avoir des contestataires. Le jour de la mort d’Elisabeth II, Jean-Luc Mélenchon a dit : ‘on va bouffer de la reine pendant dix jours’. Pour le couronnement il va y avoir des voix qui vont s’élever à nouveau pour dire le roi nous coûte tellement d’argent, c’est tellement désuet. Et en même temps il y a une autre partie de la population, qui aime l’histoire, qui aime les traditions. Il y a des gens qui m’arrêtent dans la rue et me disent : ‘vous savez, je regrette tellement qu’on n’ait plus de roi’", a répondu Bertrand Deckers.

 

À lire aussi :

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
06H
03H
22H
21H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/