Réforme des retraites : "Nous n’avons pas peur" des blocages, assure Sacha Houlié

"On peut s’entendre sur le constat d’un déficit des caisses de retraites" selon Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne et président de la Commission des lois. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

réforme des retraites fff quattenens houlie
Sacha Houlié, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 12 janvier 2023, dans “L’invité politique”.

La réforme des retraites, la mobilisation des syndicats, la mise en retrait de Noël Le Graët... Sacha Houlié a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

Réforme des retraites : "Des efforts sont demandés aux Français"

Le projet de loi sur la réforme des retraites a été présenté par le gouvernement. Les syndicats ont, dans la foulée, annoncé faire front uni contre le texte, et prévoient une mobilisation massive. Au sein de l’Assemblée nationale également, le sujet divise : le parti présidentiel, Renaissance, est favorable, mais La France Insoumise, le Rassemblement National et même une partie des élus Les Républicains sont contre. Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne estime que malgré les oppositions, "on peut s’entendre sur le constat d’un déficit des caisses de retraite". "Un déficit qui est structurel, donc qui est amené à durer."

Un constat malgré tout contesté, mais qu’en partie, juge le député. "Les syndicats réformistes", déclare-t-il, "reconnaissent un trou dans les caisses de retraite". Mais ces derniers jugent qu’il y a d’autres solutions.

"Ce problème de financement, il ne va pas se résoudre en un claquement de doigts. Il faut bien agir, il faut bien faire quelque chose", juge Sacha Houlié. Il souligne notamment que la réforme présentée en ce mois de janvier 2023 est nécessaire "car nous n’avons pas pu faire la réforme du système par points". Une réforme qui, d’après lui, aurait été "mieux". Ainsi, pour répondre au déficit du système, "des efforts sont demandés aux Français", concède le député de la Vienne.

 

Risque de blocage du pays contre la réforme des retraites : "Nous n'avons pas peur", "nous condamnerons"

Les syndicats ont déjà annoncé leur mobilisation. Un front uni, inédit depuis plus de dix ans, s’est créé contre la réforme des retraites. Et à la SNCF et à la CGT Pétrole, l’appel à bloquer le pays semble se concrétiser. "On ne découvre pas que les syndicats des salariés sont opposés aux efforts", affirme le président de la Commission des lois. Mais, selon lui, "nous faisons tout pour que ces efforts soient justes, et également répartis". De fait, "je ne pense pas que cette mobilisation annoncée, prévue, puisse revenir sur le principe" de la nécessité de nouveaux financements.

Vues les annonces des syndicats, il se pourrait que la France soit paralysée, notamment dans le secteur des transports et de l’énergie. "Nous n’avons pas peur", assure Sacha Houlié. "Nous condamnerons, comme nous l’avons fait par ailleurs à Noël", lors de la grève des contrôleurs SNCF.

"Bloquer tout le pays, alors qu’on sait qu’il faut trouver de nouvelles ressources, très sincèrement, ça n’a pas de sens."

 

Affaire Quattenens : "En 2017, on a tenté d’introduire le casier judiciaire vierge" pour les élus de l'Assemblée nationale

Adrien Quattenens est revenu mercredi 11 janvier 2023 à l’Assemblée nationale, après sa condamnation pour violences envers son ex-femme. Sacha Houlié et Aurore Berger ont, dans la foulée, déposé une proposition de loi pour renforcer l'inéligibilité pour les candidats condamnés. "En 2017, on a tenté d’introduire le casier judiciaire vierge", rappelle le député de la Vienne. Une mesure qui n’a pas été adoptée. En lieu et place, il y a eu une "liste d’infractions". Elle comprend, entre autres, une inéligibilité en cas d’ITT (Incapacité Totale de Travail) supérieure à huit jours. Mais "on a oublié lorsqu’il n’y avait pas d’ITT", explique Sacha Houlié. Et, dans ce cas, le juge ne peut pas prononcer l’inéligibilité. "Ça manque", concède-t-il. "Et c’est ce vide juridique qu’on veut combler."

Si elle est adoptée, la mesure ne s’appliquera toutefois pas à l’encontre d’Adrien Quattenens, car les peines ne sont pas rétroactives, précise le député.

 

FFF : "Il était indispensable, nécessaire que Noël Le Graët soit mis en retrait"

Noël Le Graët a été mis en retrait de ses fonctions à la tête de la Fédération Française de Football par le Comex, mercredi 11 janvier 2023. Une décision prise à la suite de la polémique concernant Zinédine Zidane, mais surtout des accusations de harcèlement sexuel à l’encontre du président de la FFF. "Il y a eu un audit qui a été commandé", souligne le député de la Vienne, pour "établir les faits".

"Soit ces faits sont vrais, et c’est extrêmement grave et ça appellera des sanctions judiciaires. Soit ces faits ne sont pas vrais, et dans ce cas-là, il y aura de nouvelles délibérations". "Mais, de toute évidence, vue la gravité des faits reprochés, il était indispensable, nécessaire que Noël Le Graët soit mis en retrait."

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !