Gaza : la réponse d'Israël est "un massacre de masse" pour Ian Brossat

Israël a le droit de se défendre "dans le cadre du droit international" selon Ian Brossat, sénateur de Paris, co-président du groupe communiste au Conseil de Paris et porte-parole du PCF. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

ian brossat israël palestine conflit
Ian Brossat interviewé par Stéphanie de Muru sur Sud Radio, le 3 novembre 2023, dans “L’invité politique”.

Le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza, l'antisémitisme en France, la loi Immigration... Ian Brossat a répondu aux questions de Stéphanie de Muru.

Réponse d'Israël à l'attaque du Hamas : "Ce qu’on voit sous nos yeux, c’est un massacre de masse"

Le conflit entre Israël et le Hamas se poursuit. Selon l’autorité palestinienne, plus de 9000 morts sont à déplorer dans la bande de Gaza, à cause des bombardements. Tsahal, de son côté, a annoncé l’encerclement de la ville de Gaza, Israël le renvoi de près de 20.000 Gazaouis bloqués sur son territoire. "Je pense que la seule chose qui doit nous préoccuper c’est de savoir comment on sort de ce cycle de violence", affirme Ian Brossat. Le sénateur de Paris confirme que l’attaque du Hamas est bien une "attaque terroriste". "Le Parti Communiste l’a clairement dénoncé." Mais, désormais, c’est la "réponse d’Israël qui est d’une cruauté terrible" qui l’inquiète. Selon le porte-Parole du PCF, cette réponse "ne vise pas seulement à attaquer le Hamas, mais elle cible un peuple tout entier". "Ce qu’on voit sous nos yeux, c’est un massacre de masse."

 

En particulier, les morts chez les femmes et les enfants sont difficilement justifiables au nom de la réponse à l’attaque terroriste. "Toutes les institutions internationales le disent, notamment l’Onu : il y a une proportion très importante d’enfants et de femmes palestiniens civils qui meurent sous les bombes."

Ian Brossat : Israël a le droit de se défendre "dans le cadre du droit international"

Comment en sortir ? "Il faut un cessez-le-feu immédiat", confirme le sénateur de Paris. Il souligne que le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, "a dit exactement la même chose". Pour ses positions, l’Onu est désormais critiquée par Israël qui juge ses positions "déplorables". Mais Ian Brossat estime "qu’on ne peut pas s’essuyer les pieds sur les résolutions de l’Onu !"

Si "l’État d’Israël a le droit de se défendre face au Hamas", explique le sénateur, c’est "dans le cadre du droit international". "Et le droit international c’est la protection des civils. Et, en l’occurrence, les civils ne sont pas protégés, ils sont bombardés." Ian Brossat demande donc un "cessez-le-feu", "la libération des otages", "et travailler à une solution politique".

Cette solution, elle est connue depuis des décennies : "une solution politique, c’est deux États. Un État israélien qui doit pouvoir vivre en sécurité, et un État palestinien parce qu’aujourd’hui la Palestine c’est un peuple sans État".

Ian Brossat demande "l’inéligibilité pour toute personne qui a été condamnée pour propos antisémites ou racistes"

La situation au Moyen-Orient semble avoir exacerbé l’antisémitisme en France. Tags, panneaux dans les manifestations, propos... près de 1.000 faits d’antisémitisme ont été signalés depuis début octobre en France. "Je pense qu’il faut lutter pied à pied contre l’antisémitisme", affirme le porte-parole du PCF.
"Je voudrais faire une proposition très concrète, que les communistes avaient déjà faite : l’inéligibilité pour toute personne qui a été condamnée pour propos antisémites ou racistes dans notre pays." Le sénateur a évidemment dans son collimateur plusieurs noms de l’extrême-droite français, dont le multirécidiviste Eric Zemmour. "Quand on prononce des propos antisémites et qu’on a été condamné pour cela, on ne doit pas pouvoir se présenter à une élection."

 

"Aujourd’hui encore, le Rassemblement National propose l’abrogation de la loi Gayssot"

Le RN, issu du FN, soutient aujourd’hui Israël, ce qui semble être un changement de position total. Marine Le Pen affirme avoir nettoyé ses rangs. Mais, pour Ian Brossat, ce n’est qu’une position de façade. "Je pense que c’est une bande d’hypocrites." Il rappelle que "le Rassemblement National s’est toujours opposé à la loi Gayssot", adoptée dans les années 90 et permettant de condamner les propos antisémites et racistes. "Aujourd’hui encore, le Rassemblement National propose l’abrogation de la loi Gayssot." Ian Brossat demande, rhétoriquement, pourquoi, alors que cette loi permet justement "de condamner les propos antisémites et négationnistes".

Loi immigration : "La régularisation des travailleurs sans papiers, c’est du bon sens"

Autre sujet d’actualité, en France, l’arrivée sur les bancs du Sénat du texte de loi sur l’immigration. Même chez les sénateurs, l’article 3, qui permet la régularisation des travailleurs sans papiers, fait débat. "La régularisation des travailleurs sans papiers, c’est du bon sens", assure le sénateur de Paris. "On parle de travailleurs, de gens qui sont déjà là, qui sont sur notre territoire."

Des travailleurs, qui plus est, qui sont régulièrement embauchés dans les métiers en tension, où la main d’oeuvre se fait rare à cause de conditions de travail et de conditions salariales qui ne conviennent plus aux employés. "Beaucoup d’entre eux fabriquent les infrastructures des Jeux Olympiques", assure l’élu. "Il est absurde que des secteurs entiers de notre économie reposent sur des gens qui n’ont pas de papiers !"


Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


Revenir
au direct

À Suivre
/