Attentat déjoué : Collomb "est allé un peu vite dans ses déclarations" pour A. Rodier

Alain Rodier, directeur adjoint du centre français de recherche sur le terrorisme, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Photo d'illustration ©Tim Douet

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé ce vendredi matin qu'un attentat avait été déjoué en France, préparé par "deux jeunes gens d'origine égyptienne" et qui envisageaient d'utiliser, selon les propos du ministre, "soit de l'explosif, soit de la ricine".

Invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, Alain Rodier, directeur adjoint du centre français de recherche sur le terrorisme, s'est montré dubitatif après les déclarations de Gérard Collomb : "Nous sommes un peu dans un effet d'annonce. Le ministre de l'Intérieur est peut-être parti un peu vite dans ces déclarations ce matin, parce qu'il fallait faire preuve d'autorité et montrer que les services sont sur le pied de guerre. Une enquête est en cours, mais les deux personnes ont été présentées comme des frères, or il semblerait que ce ne soit pas des frères du tout. Il y a un tas d'erreurs et d'approximations dans ses déclarations."

Pour Alain Rodier, il est très difficile de se procurer et de préparer une attaque à la ricine, ce qui rend peu probable, selon lui,  l'hypothèse avancée par le ministre : "La ricine, qui est à la base une plante, c'est quelque chose d'extrêmement compliqué à faire et uniquement une entité étatique est capable de mener une action de ce type. Là, avec ce jeune étudiant de 20 ans, j'ai les plus grands doutes (...) La menace n'est pas du tout au niveau où on voudrait la faire porter sur cet individu. Je ne doute pas qu'un bon avocat saura le faire sortir rapidement de son incarcération."

Écoutez l'interview d'Alain Rodier, invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, présenté par Véronique Jacquier