VTC : un tarif minimum de course pour les chauffeurs

Un accord signé entre plateformes de VTC et chauffeurs indépendants fixe pour la première fois un tarif minimum de course.

VTC
Un accord révolutionnaire dans le petit monde des VTC. ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Petite révolution dans le monde des VTC : un accord a été signé entre des plateformes et les chauffeurs. Il prévoit un tarif minimum par course à partir du 1er Février.

Un tarif de course minimum

"C’est une grande première", analyse Yves Weisselberger, président de la société de VTC LeCab. "Jusque-là, il y avait une liberté totale de la façon dont les chauffeurs étaient rémunérés. On a créé en France un système social qui ressemble à celui des salariés. Les chauffeurs élisent leurs représentants, négocient avec les sociétés et plateformes de VTC."

"C’est le premier accord de ce type à aboutir à un tarif minimum. L tarif minimum fixé est de  7,65 euros pour une course sectorielle. Nous, chez LeCab, nous sommes mieux-disants, et nous avons proposé 10,20 euros."

 

VTC : défendre le statut des chauffeurs indépendants

Pourquoi avoir proposé un tel tarif ? Était-ce trop la jungle dans le secteur, au point de le menacer à terme ? "Tout le monde aime les VTC, mais c’est aussi un domaine parfois critiqué sur le plan social, estime Yves Weisselberger. Des accords qui définissent des conditions minimales, et cela défend le statut de travailleur indépendant des chauffeurs."

"Chez LeCab, nous proposons un revenu horaire minimum. On compte le temps de travail des chauffeurs sur la plateforme, à la fois les courses et le temps passé à aller chercher les clients. Quand vous travaillez avec LeCab, vous ne gagnerez pas moins de 35 euros de l’heure. Cela réduit les marges, mais contribue à la pérennité. On compte sur le fait que cela conduise les chauffeurs à avoir envie de travailler avec la société, et mieux servir les clients."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"