Quelle différence entre plaisir vaginal et plaisir clitoridien ? La réponse de Brigitte Lahaie

Brigitte Lahaie Question du Jour

Le plaisir féminin est complexe et les idées reçues sur ce que devrait être ou non un bon orgasme a fait beaucoup de mal à la sexualité féminine. Combien de femmes se demandent si elles sont « normales » parce qu’elles n’ont jamais eu d’orgasme vaginal ? Mais au fond quelle différence cela fait-il ? 

« Seul le plaisir vaginal serait le vrai plaisir, le plaisir clitoridien n’étant qu’un plaisir primaire ». 

Cette théorie a longtemps été une certitude et elle a fait beaucoup de tort à la sexualité féminine. Ainsi pour être une vraie femme, il faudrait obtenir un orgasme uniquement grâce à un membre masculin. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que cette théorie a été développée par des hommes et notamment par Freud. 

En contre-pied, les féministes ont déclaré dans le courant des années 70, que le clitoris était un organe révolutionnaire. Mais il n’y a pas de révolution réelle car la femme a toujours eu des jouissances multiples et quelle qu’en soit la source il s’agit toujours bel et bien d’un orgasme avec son explosion de plaisir et ses bienfaits sur l’organisme. 

Comprendre comment fonctionne le plaisir féminin

Néanmoins cette distinction entre plaisir clitoridien et plaisir vaginal reste intéressante pour mieux comprendre comment fonctionne le plaisir féminin. Le clitoris est nettement plus innervé que le vagin, bien plus même que le gland du pénis, partie pourtant la plus sensible de la verge. C’est aussi le seul organe humain n’ayant pour seul but que le plaisir. Que la jouissance clitoridienne soit plus accessible aux femmes, cela n’a rien d’étonnant. Beaucoup plus excitable que le vagin, plus apparent  et accessible - de nombreuses femmes se caressent d’ailleurs depuis l’enfance - il joue un rôle essentiel dans la sexualité féminine. 

Poing G, comment le trouver

Les racines du clitoris sont profondes et aboutissent à l’endroit où se situe le fameux point G. Pas étonnant alors que pendant un cunnilingus on éprouve encore plus de plaisir lorsque le ou la partenaire stimule cet endroit avec un doigt. Comme il est plus facile de ressentir une jouissance vaginale après avoir eu un premier orgasme clitoridien. Faites l’essai, au moment où le clitoris est bien gonflé, tentez d’en trouver les racines à l’intérieur du vagin. 

Tout cela prouve bien qu’il n’y a pas d’un côté un clitoris provoquant de petits orgasmes et de l’autre côté un vagin en procurant de plus intenses. Les femmes qui accèdent à la jouissance vaginale sont généralement celles qui n’ont pas de blocages et peuvent donc plus facilement lâcher prise. Car s’il est plus compliqué pour les femmes d’avoir un orgasme vaginal, c’est bien sûr parce que cet organe est moins sensible mais aussi parce que rien ne nous permet de l’éveiller au plaisir

Qu’importe d’où provient l’orgasme

Il faut arrêter de se mettre la pression ! Ces distinctions ont fait beaucoup de tort aux femmes qui se croient obligées de connaître les deux, se sentant souvent incomplètes lorsqu’elles n’ont pas « cette chance ». Combien de femmes m’appellent pour que je leur révèle le secret du plaisir vaginal ! Bien sûr il y a quelques conseils à prodiguer : caresser le clitoris durant la pénétration, se concentrer sur les sensations vaginales… Mais le déclic a parfois lieu à un moment inattendu comme il peut ne jamais avoir lieu. 

Et combien d’hommes pensent ne pas être de bons amants puisqu’ils ne parviennent pas à procurer à leur partenaire ce fameux orgasme ! 

Une sexualité accomplie est une sexualité qui permet de ressentir une jouissance avec un partenaire qui nous plaît. Le reste est de l’ordre de la performance ou d’un idéal que personne ne peut atteindre.

Brigitte Lahaie

Les rubriques Sudradio