Ukraine : les raisons d’une guerre

Quelles sont les raisons profondes de la division entre l’Ukraine et la Russie ? Pour en parler, Jacques Baud, ancien colonel du renseignement stratégique suisse, auteur de "Vaincre le terrorisme jihadiste" aux éditions Max Millo, et François Martin, président du club HEC Géostratégies, étaient les invités d’André Bercoff sur Sud Radio le lundi 5 décembre dans "Bercoff dans tous ses états".

Jacques Baud et François Martin
Jacques Baud et François Martin, invités d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Quelles sont les vraies raisons de la guerre en Ukraine ? Entre lutte civilisationnelle et influences géographiques, André Bercoff et ses invités tentent de décrypter une situation qui va bien plus loin qu’une forme de manichéisme caricatural.

Ukraine : la nouvelle guerre de religions ?

La Russie a envahi l’Ukraine. C’est un fait. On sait qui est l’agresseur, et qui est l’agressé. Une fois cela dit, il est nécessaire, d’après les invités d’André Bercoff, de sortir du manichéisme ambiant et caricatural. Les choses sont en réalité plus compliquées. Et il y a d’autres dimensions, culturelles, civilisationnelles, voire religieuses, à prendre en compte. "Ces dimensions répondent à des logiques différentes. La fracture entre le monde catholique et orthodoxe passe au milieu de l’Ukraine", explique François Martin, président du club HEC Géostratégies.

"Nous avons à l’Ouest une civilisation profondément progressiste et anti-religieuse puisque la religion civile s’est construite contre la religion, et l’a détruite. Et nous avons à l’Est une société qui s’accroche à ses fondements religieux par nature. Il faut toujours considérer que l’Ukraine est un supplétif. La véritable guerre se situe d’une part, entre le conservatisme à l’Est, et le progressisme à l’Ouest", ajoute-t-il sur Sud Radio.

Pourquoi la diplomatie occidentale a échoué

Pour Jacques Baud, "la scission culturelle et religieuse ne se trouve pas aux limites de la Russie, mais au sein de l’Europe elle-même, avec des pays traditionnels comme la Hongrie ou encore la Pologne". "Il y a un contexte général, mais ce n’est pas pour cela qu’il y a une guerre", explique l’ancien colonel du renseignement stratégique suisse. "La raison pour laquelle il y a une guerre en Ukraine, ce sont les exactions commises contre la population du Dombass depuis 2014. Il est intervenu en Ukraine, sur le principe onusien, de la responsabilité de protéger", ajoute-t-il.

Raison pour certains, prétexte pour d’autres. Ce qui est plausible pour Jacques Baud, c’est que "les Russes utiliseront cela pour atteindre d’autres objectifs. C’est du Clausewitz, l’accomplissement de la politique par d’autres moyens. Si notre diplomatie avait été active depuis 2014, il n’y aurait pas eu d’intervention. Aujourd’hui, Biden veut parler avec Poutine, Macron veut parler avec Poutine. Et tous lui proposent de revenir aux conditions que Poutine avait demandées en décembre 2021. On s’aperçoit aujourd’hui qu’on aurait mieux fait d’écouter Poutine à ce moment-là", conclut-il. Mais "c’est trop tard", signe François Martin.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !