"Les confinements ont multiplié par 1,5 la vitesse de propagation" du Covid

Vincent Pavan, enseignant-chercheur en mathématiques à l'Université d'Aix-Marseille, co-auteur de "Langage, Covid et Totalitarisme" aux éditions Guy Trédaniel, était l’invité de “Bercoff dans tous ses états".

covid
Vincent Pavan, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

"Le langage rend fou et c’est une manipulation parfaitement consciente de ceux qui imposent une narration sur le covid. Cette manière de rendre fou, elle passe à travers le langage et elle devient contagieuse, explique Vincent Pavan au micro de Sud Radio. On peut avoir dans la société, à partir de cercles concentriques, de plus en plus de personnes qui vont tenir un langage homogène. Celui-ci est délirant dans le sens où il ne correspond plus à la réalité" juge le mathématicien.

"Cela a commencé par les sciences et les fameuses simulations de Niels Ferguson à l'Imperial College, le faux modélisateur britannique, qui, à mon avis, a des traits paranoïaques assez évident. Il a proposé un code de calcul qui était censé modéliser la diffusion du virus. Il devait aussi prévoir à partir d’un certain nombre de critères paramétriques, comme le taux de mortalité, etc. le nombre de morts qu’il y aurait dû y avoir à l’épidémie de printemps 2020, quand le virus débarque en Europe".

 

Covid : "Dans une bonne équation, il n'y a qu'un paramètre"

"Il va annoncer cela, sur une base de calcul que personne n’a jamais vu. Dans le rapport scientifique du 12 mars, qui va présider le premier confinement en France, Simon Cauchemez évoque une communication personnelle de Niels Ferguson, raconte Vincent Pavan. En fait, les dieux parlent à leurs disciples sans qu’on puisse être assuré de quoi que ce soit" juge-t-il.

"Cette soit disant modélisation possède plus de 980 paramètres. Dans une bonne équation, il n’y a qu’un paramètre. C’est le mathématicien qui parle. Je connais très bien la physique. Je suis spécialiste de modélisation mathématique pour la physique, je fais ça depuis toujours" explique l’auteur de Langage, Covid et Totalitarisme. "Dans la modélisation de Gaussian qui explique toute la mécanique des fluides, toute la thermodynamique, il n’y a qu’un paramètre. Donc 980 paramètres complètement arbitraires, ça ne veut plus rien dire. Vous faites n'importe quoi".

 

"Tout est faux dans le calcul de Ferguson"

"Vous annoncez 500.000 morts, en quelques mois, en Angleterre, deux millions aux États-Unis. Évidemment, et fort heureusement, tout ça ne verra pas le jour. Mais cela va mener à la panique générale et on va mettre en place les confinements en prétendant que sur la base de modèles, le confinement est efficace pour arrêter l’épidémie. Cela s’est avéré complètement faux par la suite" explique Vincent Pavan.

"Le premier à dénoncer ça, c’est John Ioannidis, dans un article de janvier 2021. Moi même je ferai des calculs très rigoureux sur tous les pays européens en comparaison avec la Suède. Et je montrerai qu’en réalité les confinements ont eu pour fonction de multiplier par 1,5 la vitesse de propagation de l’épidémie. C’est carrément l’inverse. Donc en fait, tout est faux dans le calcul de Ferguson parce que de toutes façons, mathématiquement, les calculs, en eux-mêmes, n’apportent jamais rien d’autres que des hypothèses que vous avez mises dedans" juge-t-il.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.