single.php

"Un toxicomane est venu menacer des enfants"

Par Jean Baptiste Giraud

Les toxicomanes continuent de rendre le quotidien des habitants du 18e et 19e arrondissements un enfer. Sanaa Alioui était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 11 mai 2023 dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

climat
"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : à Paris, les toxicomanes continuent d'être très présents, malgré les actions très médiatisées de la police. Ils menacent directement les enfants.

 

"Parlons Vrai chez Bourdin" : Mon fils "s’est fait agresser par un toxicomane"

Sanaa Alioui habite dans le 19e arrondissement de Paris, à Stalingrad, et est mère d’un jeune garçon. "Je suis à la frontière" avec le 18e arrondissement, explique-t-elle. Les habitants de ces deux arrondissements doivent toujours faire face à la présence de toxicomanes, consommateurs de crack.

Un jour, alors que son fils "était sorti avec son papa" près du jardin d’Éole, dans le 18e arrondissement de Paris, "il s’est fait agresser par un toxicomane". L’enfant et le père attendaient "un menu" à emporter. "Son père n’a rien pu faire, ça a été très rapide en fait."

 

Les toxicomanes "sont juste déplacés d’un quartier à l’autre. Et le problème n’est jamais résolu totalement"

Si la jeune mère veut alerter, c'est que rien n’est réglé, en réalité, sur le front du problème des toxicomanes à Paris. "Malheureusement, non : ils sont toujours là". "Quand il y a des opérations de police et des événements très médiatisés, on les fait partir. Puis ils reviennent très rapidement", explique-t-elle.

"Finalement, ils sont juste déplacés d’un quartier à l’autre. Et le problème n’est jamais résolu totalement."

L’agression du jeune enfant de 8 ans l’a traumatisé. "Il était très angoissé, il avait du mal à dormir, il a dormi dans mon lit le soir." Et, désormais, "il me demande de déménager". "Il veut qu’on parte."

De plus, les transactions concernant la drogue sont de moins en moins cachées à la vue des habitants. "Moi-même j’y ai assisté régulièrement", assure Sanaa. "J’ai des témoignages de parents, quand on discute aux abords de l’école, qui ont assisté à des transactions entre des dealers et des toxicomanes."

 

"Les toxicomanes viennent devant les écoles"

Concernant l’agression de son fils, aucune plainte n’a été déposée à ce jour. "On essaye de réfléchir à la meilleure solution pour lui", explique la mère qui veut éviter d’empirer le traumatisme de l’enfant. Mais concernant la situation "du quartier", "on alerte très régulièrement la police", affirme la jeune femme. "Parce que les toxicomanes viennent devant les écoles."

"La dernière fois, avec un bâton dans la main, un toxicomane est venu menacer des enfants", raconte-t-elle. Le directeur a dû "contenir physiquement" l’agresseur. "C’est des situations quotidiennes sur lesquelles on alerte au quotidien."

Pour autant, selon elle, "il faudrait mettre plus de moyens". "Le problème n’est pas éradiqué, et ça a des conséquences désastreuses sur les familles, et surtout sur les enfants."


Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/