single.php

Le rêve de jeune fille de Kristina Mladenovic devient réalité

Par Mathilde Régis

Pour le troisième tour de Roland Garros, Kristina Mladenovic affrontera le monument du tennis féminin : Serena Williams, un honneur pour la française, qui réagi également aux inégalités de traitement médiatique du tennis féminin au micro de Loïc Revol de welovetennis.fr. Une interview diffusée ce soir dans l'émission Sud Radio Sports.

Thumbnail

Kristina Mladenovic : "Ce match est un très gros challenge, c'est la meilleure au monde, actuellement et depuis des années. Honnêtement, c'est un rêve de jeune fille, parce que j'ai grandi en l'admirant. Jouer Serena Williams en simple, c'est une grande expérience que j'avais envie de vivre au moins une fois, puisque je l'ai joué par le passé deux ou trois fois avec sa sœur en double. J'aurai le privilège de l'affronter ici à Roland au troisième tour donc c'est quand même une belle affiche. Je suis très excitée à l'idée de ce challenge. Serena, c’est un modèle, pour qui ça ne l'est pas honnêtement ? Pour moi, c'est l'une des meilleures joueuses de l'histoire de notre sport, sans hésiter. J'ai bataillé dur, c'était loin d'être simple à l'issue du tirage que ce soit pour le premier ou deuxième tour. Maintenant que je me suis offert, disons ce privilège, bien sûr que je vais y aller en essayant de faire le maximum, d'essayer de la bousculer, de la surprendre et de ne pas me rendre vaincu tout de suite, même si ça va être bien évidemment extrêmement difficile.

"On a cette passion, cette envie de gagner, tout autant que chez les hommes"

"On se bat pour transmettre aux gens cette passion, on essaye de faire vibrer les gens derrière leur télé, montrer qu'il y a aussi les filles, on est là et on se bat. On a cette passion, cette envie de gagner, tout autant que chez les hommes, que ce soit au plan national ou mondial. On essaye de montrer le bon exemple, notamment pour les jeunes filles par rapport au tennis féminin. C'est sur que par rapport à plein d'anecdotes ou d'expérience par le passé, on s'est rendu compte qu'il n'y a pas une égalité, que ce soit dans le traitement médiatique ou autre, au quotidien. C'est une évidence. On essaye comme on peut de faire bouger les choses."

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
12H
11H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/