"Valérie Pécresse et Emmanuel Macron doivent travailler ensemble à terme" estime Manuel Valls

Manuel Valls, ancien Premier ministre et auteur de "Zemmour l'antirépublicain" aux Éditions de l'Observatoire, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio. Pour lui, "Valérie Pécresse et Emmanuel Macron doivent travailler ensemble à terme".

Manuel Valls
Manuel Valls, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 21 janvier dans "le petit déjeuner politique".

Valeurs de la République, Pass vaccinal, campagne des présidentielles, candidature d'Éric Zemmour : Manuel Valls a répondu aux questions de Patrick Roger.

Manuel Valls : "Valérie Pécresse et Emmanuel Macron doivent travailler ensemble à terme"

Pour Manuel Valls, l'immigration n'est pas réglée depuis 30-40 ans. "Je donne raison à tous ceux qui considèrent qu'il faut un changement de politique. On peut traiter ces questions, et tout le monde va s'y engager. On peut dire qu'il faut préserver le droit d'asile qui est fondamental mais les déboutés doivent être reconduits à la frontière, prend-il comme exemple. Ma grande différence avec Éric Zemmour porte sur les valeurs et le fait qu'on n'instrumentalise pas l'immigration à des fins politiques. Ce que dit Valérie Pécresse me va et ce que devra dire Emmanuel Macron ira dans ce sens, estime-t-il. Ils doivent travailler ensemble à terme, parce que cette question doit être réglée et qu'elle empoisonne la vie politique et fait de chaque immigré, chaque étranger une cible en puissance".

Faut-il travailler aussi avec Éric Zemmour et Marine Le Pen qui représentent 35% des électeurs dans les intentions de vote ? "Ils se nourrissent l'un et l'autre des erreurs, des impuissances de ceux qui ont gouverné", affirme Manuel Valls. Il veut "convaincre les électeurs qui votent pour les extrêmes qu'ils mènent dans une impasse". D'après lui, "ils ne veulent pas gouverner mais exploiter les peurs, les craintes des Français. Je combats toujours ceux qui manipulent l'histoire, qui mentent".

Dans son livre, Manuel Valls décrypte la vision de l'histoire d'Éric Zemmour, qu'il manipule selon lui. "Il ne le fait pas par le goût de l'histoire, mais parce qu'il a un projet profondément antirépublicain. C'est pour ça que je le combats. Je ne le traite pas d'imbécile ni de fasciste, je ne le disqualifie pas ou si je le fais, c'est sur le fond et les projets". "Son projet était de dépasser Le Pen et détruire les Républicains, il n'y est pas encore".

"Cette élection présidentielle ne doit pas être de nouveau une élection présidentielle pour rien !"

Pour qui s'engage Manuel Valls dans la campagne des présidentielles ? "Je m'engage à ma manière avec ce livre, contre Éric Zemmour, contre les extrêmes et contre l'extrême gauche, explique l'ancien Premier ministre. "Dans la deuxième partie du livre, je parle de la nécessité d'une union nationale, d'une union sacrée, et d'un véritable compromis historique pour régler un certain nombre de dossiers. Quel que soit le président ou la présidente de la République élu, il l'aura été au mieux avec 17 à 23% au premier tour. Il bénéficiera peut-être d'une majorité à l'Assemblée nationale, mais qui a perdu beaucoup de sa légitimité. Avec une abstention très puissante".

"Ça fait 30 ans qu'on mène à peu près les mêmes politiques migratoires, souligne-t-il. Il faut des changements dans le temps". Manuels Valls ne "plaide pas pour un gouvernement d'union national, mais pour que les forces politiques trouvent des accords. Cette élection présidentielle ne doit pas être de nouveau une élection présidentielle pour rien ! Pour résoudre la crise politique, qui s'est aggravée ces dernières années. L'ancien Premier ministre met en avant "l'échec d'Emmanuel Macron de ne pas avoir réconcilié les Français avec eux-mêmes et avec la politique. On ne peut pas gouverner seul face au peuple", estime-t-il.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"