"Pas de test négatif en plus du pass vaccinal pour boire un café", promet Yaël Braun-Pivet

Le pass vaccinal ne sera complété par un test négatif que dans "des circonstances exceptionnelles", selon Yaël Braun-Pivet, députée LREM des Yvelines et présidente de la commission des lois. Elle était l'invitée du “petit déjeuner politique” le vendredi 24 décembre 2021 sur Sud Radio.

pass vaccinal
Yaël Braun-Pivet interviewée par Benjamin Glaise sur Sud Radio, le vendredi 24 décembre, dans "le petit déjeuner politique".

Le double contrôle pass vaccinal-test négatif ne s'appliquera pas dans les lieux de la vie quotidienne, assure Yaël Braun-Pivet qui répond aux questions de Benjamin Glaise.

 

"Cela ne concernera pas les lieux de la vie quotidienne"

Le projet de loi sur le pass vaccinal devrait être débattu puis voté dans la première quinzaine de janvier. Il pourrait contenir l'instauration d'un double contrôle dans certaines situations, nécessitant désormais un test PCR négatif en plus du pass vaccinal. Une extension qui n'aura lieu que "sur des circonstances exceptionnelles", assure Yaël Braun-Pivet qui prend exemple sur les voyages à longue distance, à l'étranger ou dans les territoires d'Outre-mer, où certains pays demandent un pass vaccinal + un test négatif. "On est plutôt dans cette idée", évoque la présidente de la commission des lois de l'Assemblée nationale.

Pas de double contrôle donc pour se rendre dans les lieux de vie comme les bars ou les restaurants. "Cela ne concernera pas les lieux de la vie quotidienne", promet la députée LREM des Yvelines qui précise que ce dispositif interviendra "par décret puis devant le Conseil d'Etat".

 

"Il faut que chacun soit responsable"

Le débat parlementaire doit également se pencher sur le contrôle de l'identité du détenteur du pass sanitaire et/ou vaccinal. "Il ne s'agit pas d'un contrôle d'identité mais d'un rapprochement entre l'identité de la personne et le pass qu'elle présente", rectifie Yaël Braun-Pivet qui prend exemple sur la carte d'identité présentée à la caisse d'un supermarché lorsque l'on souhaite payer par chèque. "On est dans le même registre", assure-t-elle, se démarquant du contrôle d'identité policier qui permet "de se référer à un fichier pour vous assurer que la personne n'est ni recherchée ni soumise à une enquête de police".

L'objectif est de lutter contre les "200.000 faux pass qui circulent". Un chiffre "difficile à mesurer" qui pourrait s'avérer bien en dessous de la réalité. "C'est un fléau d'avoir des faux pass en circulation, les personnes qui sont titulaires de faux pass se mettent en danger", rappelle la députée. "Il faut que chacun soit responsable et prennent sa part dans la lutte qui est la nôtre aujourd'hui", ajoute-t-elle.

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !