"Nicolas Hulot ? Il y a des victimes plus récentes, je n'ai aucun doute" assure Sandrine Rousseau

"Il y a eu une organisation pour protéger le soldat Hulot !" a affirmé Sandrine Rousseau sur Sud Radio, invitée du “petit déjeuner politique” le 26 novembre sur Sud Radio. "Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il y ait des victimes plus récentes !" a-t-elle ajouté.

Nicolas Hulot
Sandrine Rousseau, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 26 novembre, dans "le petit déjeuner politique".

Nouvelles mesures pour tenter d'endiguer la 5ème vague de Covid, lutte contre les violences faites aux femmes, Nicolas Hulot, campagne des présidentielles de Yannick Jadot : Sandrine Rousseau, présidente du conseil politique de la campagne de Yannick Jadot et conseillère spéciale aux questions de précarité et discrimination, répond aux questions de Patrick Roger.

Sandrine Rousseau : "On s'aperçoit que toutes ces femmes racontent la même histoire"

Le 25 novembre marquait la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Jean Castex a arrêté de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences", notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement et la mise à disposition de 5.000 "téléphones grave danger" en 2022. Marlènne Schiappa estime qu'une transition féministe est en cours. "Les MeToo n'arrêtent pas !, rappelle Sandrine Rousseau. De MeToo en MeToo, de vague en vague, on est en train de changer les rapports hommes-femmes, faire en sorte que les femmes s'émancipent", se réjouit-elle.

France 2 a diffusé jeudi 25 novembre un reportage dans lequel 5 nouvelles femmes font état d'agressions sexuelles de la part de l'ancien ministre Nicolas Hulot, faits aujourd'hui prescrits. "Ce reportage montre à quel point il y a encore du progrès à faire, particulièrement dans le monde politique, souligne Sandrine Rousseau. Pour elle, on est au début d'une vague sur la politique". Sandrine Rousseau était dans la galaxie des verts et de Nicolas Hulot. "Je savais depuis l'enquête Baupin, en 2016, [qui la concernait directement, ndlr] qu'il y avait quelque chose et après il y a eu L'Hebdo qui a aussi montré qu'il y avait eu une plainte pour viol et tout le monde a voulu oublier, déplore-t-elle. C'est un phénomène qu'on voit souvent à l'œuvre dans les violences sexuelles : quand quelqu'un qu'on aime bien est amusé, on préfère ne pas voir, oublier ce qui a été dit par les femmes voire ridiculiser la parole des femmes. On s'aperçoit que toutes ces femmes racontent la même histoire, la présomption de crédibilité de leurs témoignages est extrêmement forte".

"Nicolas Hulot ? Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il y ait des victimes plus récentes !"

"Chaque fois que les écologistes s'affichaient à côté de Nicolas Hulot, on était plusieurs à dire 'attention ne faites pas ça !', ajoute Sandrine Rousseau. Plusieurs avaient pris des mesures pour ne plus l'inviter aux journées d'été des écologistes. La question est pourquoi on n'a pas entendu ces femmes, qui ont parlé quand même ? Il y avait des éléments, une plainte, des gens partis, des témoignages reçus. On fait comme si ça n'existait pas ! Quand l'article d'Hebdo est sorti, il y a eu une organisation pour protéger le soldat Hulot ! On l'a vu pour PPDA et d'autres. Le premier réflexe c'est de protéger les hommes ! Il y a présomption d'innocence mais il y a aussi présomption de crédibilité des témoignages. On a négligé complètement la parole des femmes, il était plus important d'avoir Nicolas Hulot au ministère que de croire ces femmes".

"Il y a eu une organisation pour protéger le soldat Hulot !"

Le Parquet doit-il rouvrir une enquête pour voir s'il existe d'autres affaires ? "On doit rouvrir une enquête !, estime Sandrine Rousseau. Probablement qu'il y a plein d'autres femmes ! Il faut faire en sorte que cet homme réponde de ses actes devant la justice s'il y a de nouveaux témoignages. Je n'ai pas connaissance de faits particuliers, mais quand on a une attitude comme ça, un mode opératoire très rodé, évidemment qu'il a continué, affirme-t-elle. Il n'y a pas de doute à mes yeux ! Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il y ait des victimes plus récentes !"

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !