Les principales annonces d'Emmanuel Macron à la Conférence nationale des territoires

Emmanuel Macron a multiplié les annonces lors de la Conférence nationale des territoires
Emmanuel Macron a multiplié les annonces lors de la Conférence nationale des territoires © PATRICK KOVARIK / AFP

Venu lundi à la Conférence nationale des territoire organisé au Sénat, le chef de l’État a multiplié les annonces dessinant les futures réformes autour de l’organisation des territoires. 

Pas de "big bang territorial" mais plusieurs annonces pour engager des réformes dans les prochains mois. Le chef de l’État a présenté lundi ses grandes orientations lundi lors de la Conférence nationale des territoires au Sénat. Devant les associations d’élus locaux, le président, à l’image de son premier ministre, a tenu à rassurer sur les futures réformes, notamment la suppression de la taxe d’habitation

Refonte de la fiscalité locale 

Emmanuel Macron a annoncé lundi son intention d'ouvrir une "réflexion profonde" sur la "refonte de la fiscalité locale" pour envisager les mesures de "substitution" de la taxe d'habitation qu'il entend supprimer pour 80% des ménages. "Je souhaite que nous ouvrions, dans le cadre d'une commission de travail (...) une réflexion profonde de la refonte de la fiscalité locale et en particulier en substitution de la taxe d'habitation", a déclaré le chef de l'État. Emmanuel Macron, qui entend se donner jusqu'au "printemps prochain (...) pour mener cet exercice en profondeur", a ainsi évoqué la possibilité d'attribuer "une part d'impôt national" aux communes. Il pourrait s'agir "d'une part de CSG ou de CRDS, un impôt au moins proportionnel et qui est plus intelligent que ne l'est aujourd'hui l'actuelle taxe d'habitation", a-t-il précisé.

Moins d’élus locaux 

À l’image de la réduction du nombre de parlementaires, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur d’une réduction du nombre d’élus locaux. "Nos concitoyens ne comprendraient pas ce traitement différencié", a jugé le président. Au cours de la campagne présidentielle puis, le 3 juillet devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a promis une réduction d'un tiers du nombre des parlementaires dans chacune des deux chambres.

Haut-débit sur tout le territoire 

Le chef de l’État a renouvelé sa promesse d’assurer une couverture de la France entière "en haut et très haut débit" d'ici "à la fin de l'année 2020". "Je souhaite encore accélérer le calendrier afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d'ici à la fin de l'année 2020" et "non plus 2022", a déclaré le chef de l'Etat.

Plus de fonctionnaires sur le terrain 

Emmanuel Macron a estimé dans son discours que la France avait "trop de fonctionnaires des circulaires, et pas assez de fonctionnaires sur le terrain". "On a dépossédé les fonctionnaires de terrain de leurs prérogatives", a affirmé le chef de l'Etat après avoir jugé qu'il fallait "renforcer la déconcentration pour adapter les politiques de l'État aux territoires"

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

A lire aussi
Les rubriques Sudradio