single.php

Affaire Ferrand : les faits dénoncés "ne permettent pas d'ouvrir une enquête"

Par Jérémy Jeantet (avec AFP)

Le parquet de Brest a annoncé ce vendredi après-midi que les faits dénoncés cette semaine par le Canard Enchaîné à l'encontre de Richard Ferrand ne constituent pas une infraction.

Thumbnail

Il n'y aura pas d'enquête sur l'affaire Ferrand. Le procureur de la République de Brest a annoncé ce vendredi que les faits dénoncés dans la semaine par le Canard Enchaîné concernant Richard Ferrand, sur une affaire immobilière concernant sa compagne, ne constituent pas une infraction et, à ce titre, ne permettent pas d'ouvrir une enquête.

Dans un communiqué, le procureur Éric Mathais dit avoir "procédé à une analyse juridique pour déterminer s'il devait se saisir et diligenter une éventuelle enquête".

"Au terme de celle-ci, poursuit-il, il apparaît qu'en l'état, aucun des faits relatés n'est susceptible de relever d'une ou de plusieurs qualifications pénales permettant d'ouvrir une enquête préliminaire."

Le Parquet national financier avait déjà rejeté l'idée d'ouvrir une enquête sur cette affaire, ne s'estimant pas compétent à ce stade.

Il s'agissait pourtant d'une demande répétée par les membres de l'opposition, Les Républicains en tête, Marine Le Pen allant même jusqu'à demander la démission du nouveau ministre de la Cohésion des Territoires.

Édouard Philippe, ce vendredi, a fait savoir que ce serait les électeurs qui seraient les "juges de paix" dans cette affaire. Le résultat de l'élection législative dans la 6e circonscription du Finistère, dans laquelle se présente Richard Ferrand, sera donc particulièrement scruté les 11 et 18 juin prochains.

L'info en continu
13H
12H
11H
09H
08H
21H
20H
19H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/