Emmanuel Macron à Kiev : "Il a attendu le tout dernier moment"

À quelques jours de la fin de la présidence française de l'Union européenne, Emmanuel Macron se rend enfin à Kiev.

Ukraine
Emmanuel Macron à l'aéroport d'Orly le 14 juin 2022. (GONZALO FUENTES - POOL/AFP)

Que faut-il penser du déplacement du chef de l’État Emmanuel Macron en Ukraine ? Un déplacement en train, car il n’est pas possible d’atterrir sur place…

"Les Russes sont en passe de faire la jonction"

"Oui, on atterrit en Pologne et ensuite, c’est un long voyage en train, de près de 10 heures pour atteindre Kiev", explique Sara Daniel, journaliste, grand reporter de guerre, spécialiste de l’international au magazine L’Obs, qui rentre tout juste d’Ukraine. Comment la situation évolue-t-elle sur le terrain ? "Il y a encore des endroits où les Russes ont reculé, notamment près de Kharkiv. Sinon, le point de fixation, c’est le Donbass, où les combats font rage."

"Il y a à peu près 200 soldats ukrainiens tués par jour. La situation est quand même extrêmement dure pour les Ukrainiens. Ils ne sont pas du tout en train de gagner." Après cette première offensive sur l’ensemble du territoire, n’en est-on pas revenu au conflit existant depuis huit ans ? "Oui sauf que les Russes sont en passe de faire la jonction avec le reste des territoires qu’ils ont occupés. Ils se sont étendus jusqu’à accaparer la mer d’Azov. Ils ont beaucoup étendu leur territoire par rapport à 2014."

 

"Emmanuel Macron doit réaffirmer son soutien à l’Ukraine"

Emmanuel Macron se rend à Kiev avec le chancelier Olaf Scholz et le chef du gouvernement italien, Mario Draghi. Quel message faire passer ? Que réclament les Ukrainiens ? "Ils n’ont cessé de réclamer des armes à tous leurs alliés. Maintenant, ce qu'Emmanuel Macron doit faire absolument, c’est renverser la désastreuse déclaration qu’il a fait sur le 'il ne faut pas humilier la Russie'. En pleine guerre, les ukrainiens l’ont perçu comme 'il ne faut pas battre les Russes'."

"Là, Emmanuel Macron doit réaffirmer son soutien à l’Ukraine, estime Sara Daniel. Dans quinze jours, il cesse d’être le président de l’Union européenne. Il a attendu le tout dernier moment pour faire cette visite. Il doit assurer la Pologne et les États Baltes de son soutien. Ils ne sont pas sur cette ligne de conciliation avec la Russie."

 


 

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !