single.php

Tugdual de Dieuleveult : "La diffusion un jeudi soir donne de la crédibilité au documentaire"

Par Jean Baptiste Giraud

Le journaliste Tugdual de Dieuleveult était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 17 mai 2023 dans "Le 10h - midi".

Tugdual de Dieuleveult, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.
Tugdual de Dieuleveult, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Le 18 mai 2023 à 21h10, France 2 diffuse le documentaire "Dieuleveult, les disparus du fleuve". Ce film, qui évoque la disparition de Philippe de Dieuleveult, présentateur entre 1981 et 1985 de l'émission Chasse aux trésors et réserviste à la DGSE, divise jusque dans la famille Dieuleveult. Tugdual de Dieuleveult, l'un des enfants de Philippe, est vent debout sur les thèses développées dans ce documentaire.

 

Tugdual de Dieuleveult : "Certaines personnes qui sont décédées et qui ne sont plus là pour se défendre sont également mises en cause dans ce documentaire"

"Dans le documentaire on dit que mon père était à la DGSE mais on n’évoque pas le fait qu’il était réserviste à la DGSE, ce qui est très différent d’un opérationnel à la DGSE. Lorsque j’ai fait mon documentaire là-dessus il y a 15 ans, la DGSE avait expliqué que mon père n’avait participé à aucune opération.

 


Les auteurs de ce film, Anna Miquel et Yannick Saillet, ont raconté une histoire avec des documents qu’ils avaient achetés, qui étaient faux. Je suis clairement en colère quand je vois ça. Ces gens n’ont aucune déontologie journalistique. Dans le film il n’y a pas de choses carrément fausses certes, mais tout est basé sur le ressenti. On laisse entendre plein de choses en balayant d’autre choses. Certaines personnes qui sont décédées et qui ne sont plus là pour se défendre sont également mises en cause dans ce documentaire. En plus, ce documentaire sera diffusé jeudi en prime time, et le jeudi soir sur France 2 est traditionnellement dédié à l’information, avec 'Envoyé spécial'. Cela a, à mes yeux, un impact important de diffuser cela un jeudi soir à la place d’'Envoyé spécial'. Cela donne de la crédibilité au documentaire", a déclaré Tugdual de Dieuleveult.

"Je veux bien accepter tout ce qu’il lui est arrivé, mais qu’on m’amène des preuves !"

Tugdual de Dieuleveult voit un manque de professionnalisme dans le fait d’avancer des choses sans laisser les protagonistes, aujourd’hui décédés, s’exprimer là-dessus. "La thèse officielle est la thèse de la noyade. En 1985, il y a des militaires qui sont venus sur place pour effectuer des recherches. Mais il n’y a pas eu d’enquête de police. Un des témoins évoque le fait que ma mère aurait tout accepté, donc la thèse de la noyade, pour toucher les assurances. Je suis très en colère parce que ma mère n’est pas là pour se défendre. Je trouve que ce n’est pas journalistique de laisser dire des choses comme ça sans qu’il y ait une contradiction de l’autre côté. Je veux bien accepter tout ce qu’il lui est arrivé, mais qu’on m’amène des preuves !

 


Le documentaire se termine en accusant la France avec des sous-entendus assez graves. Il y a Christian Couteau qui fait un espèce de parallèle bizarre avec l’assassinat de Kennedy, ce qui n’a aucun sens. Dans cette expédition il y avait aussi un monsieur qui s’appelait François Laurenceau, qui était le meilleur ami d’enfance de mon père. Mon père était quelqu’un de droit, de bien et tout. Je ne vois pas comment mon père aurait pu dire à son meilleur pote "viens", alors que c’est un truc super bizarre et qu’il a de gros risques."

 

 

À lire aussi :

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.

L'info en continu
04H
23H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/